Swiss Beatles Fan Club

26 septembre 2016


Les Beatles dans le top 10 du Billboard Hot 200
pour la 32e fois de leur histoire


Avec la sortie de Live at the Hollywood Bowl, les Beatles inscrivent un de leur album dans le top 10 du classement Billboard Hot 200 pour la 32e fois de leur histoire, à égalité avec Frank Sinatra. Ils sont précédés dans cette course aux records par Barbra Streisand, qui s’est installée 34 fois dans les dix premières places. Les détenteurs incontestés de ce record sont les Rolling Stones, avec 36 « top 10 » à leur actif. Ce hit-parade américain a été instauré le 24 mars 1956 par le magazine Billboard pour suivre la vente des albums. Le 13 décembre 2014, la base graphique a subi une mise à jour dans la méthodologie du classement pour inclure également la demande en streaming et les ventes de pistes numériques.

Live at the Hollywood Bowl, le nouvel album remasterisé des Beatles en concert, est sorti le 9 septembre dernier et figure actuellement à la 7e place du Billboard Hot 200. Il contient des chansons de trois différents spectacles que le groupe britannique de Liverpool avait donnés à l'amphithéâtre Hollywood Bowl. L’album inclut des enregistrements des spectacles du 23 août 1964 et des 29 et 30 août 1965. Le quatuor avait déjà lancé en vinyle The Beatles at the Hollywood Bowl en 1977. Cette fois, le CD comprend quatre versions inédites de chansons qui n'étaient pas parues sur le premier disque (You Can't Do That, I Want to Hold Your Hand, Everybody's Trying to Be My Baby et Baby's in Black).

La publication du CD coïncide avec la parution du documentaire de Ron Howard, Eight Days a Week : The Touring Years, diffusé sur les écrans de cinéma depuis le 15 septembre, et sur le service de vidéo sur demande Hulu. Live at the Hollywood Bowl sera également produit en disque vinyle le 18 novembre prochain. L'album comporte un livret de 24 pages écrit par le journaliste David Fricke du magazine américain Rolling Stone. Les enregistrements proviennent directement des bandes à trois pistes des trois concerts. Elles ont été mixées aux célèbres studios londoniens Abbey Road par Giles Martin, le fils de George Martin, et par l'ingénieur du son Sam Okell.
|  |

64 | Meet the Beatles !, No 1 / 11 semaines
64 | Introducing… The Beatles, No 2 / 1
64 | The Beatles’ Second Album, No 1 / 5
64 | A Hard Day’s Night (Soundtrack), No 1 / 14
64 | Something New, No 2 / 1
65 | The Beatles’ Story, No 7 / 1
65 | The Beatles ’65, No 1 / 9
65 | Beatles VI, No 1 / 6
65 | Help ! (Soundtrack), No 1 / 9
66 | Rubber Soul, No 1 / 6
66 | Yesterday and Today, No 1 / 5
66 | Revolver, No 1 / 6
67 | Sgt. Pepper’s [...], No 1 / 15
68 | Magical Mystery Tour (Soundtrack), No 1 / 8
68 | The Beatles (White Album), No 1 / 9
69 | Yellow Submarine (Soundtrack), No. 2 / 1
69 | Abbey Road, No 1 / 11
70 | Hey Jude, No 2 / 1
70 | Let It Be (Soundtrack), No 1 / 4
73 | The Beatles 1962-1966, No 3 / 1
73 | The Beatles 1967-1970, No 1 / 1
76 | Rock ‘N’ Roll Music, No 2 / 1
77 | The Beatles at the Hollywood Bowl, No 2 / 1
94 | Live at the BBC, No 3 / 1
95 | Anthology 1, No 1 / 3
96 | Anthology 2, No 1 / 1
96 | Anthology 3, No 1 / 1
00 | 1, No 1 / 8
03 | Let It Be… Naked, No 5 / 1
03 | Love, No 4 / 1
13 | On Air : Live at the BBC Volume 2, No 7 / 1
16 | Live at the Hollywood Bowl, No 7

Information Billboard
The Beatles, Live at the Hollywood Bowl, 23 août 1964.

23 septembre 2016


Eric Waugh peint un tableau géant de John Lennon
pour la Journée internationale de la paix


En 2001, le peintre canadien Eric Waugh a battu selon le Livre Guinness, le record du monde pour le plus grand tableau réalisé par un seul artiste. Sa peinture abstraite de 41 400 pieds carrés (3 846 m2) intitulée Hero, avait été révélée lors de la Journée mondiale du sida. Maintenant, en l'honneur du 45e anniversaire de la chanson Imagine de John Lennon, Waugh a créé une nouvelle peinture de 2 500 pieds carrés (232 m2) pour la Journée internationale de la paix de l'Organisation des Nations unies (ONU).

Le mercredi 21 septembre, au lendemain de la commémoration officielle, Waugh a exposé pendant 8 heures le tableau géant au cœur de Central Park à New York, directement en face de l'amphithéâtre Naumburg Bandshell, précisément à l'endroit où Lennon était apparu en 1974 dans le clip Mind Games, chanson éponyme de son album publié en novembre 1973. Le lieu est situé près du mémorial Strawberry Fields dédié à Lennon et en face du Dakota, le complexe d'appartements où il a été assassiné le 8 décembre 1980 en rentrant d'une session d'enregistrement.

L’artiste a utilisé 12 gallons de peinture (45 litres), 17 brosses et a passé 88 heures pour la création de son œuvre, dit-il. « C'est mon espoir que les gens entourent la peinture et de rendre hommage à John et à son rêve d'un monde sans dissension, sans guerre et conflit », a déclaré Waugh, qui a travaillé dans son studio à Austin (Texas). En plus de la peinture, il envisage de faire un don de 5 000 dollars à Peace One Day, une organisation à but non lucratif axée sur le 21 septembre, pour une journée de cessez-le-feu global et de non-violence. « Les événements récents, à la maison et à l'étranger, montrent que la vision de John demeure aussi importante que jamais », a poursuivi Waugh. Pour conclure, il précise : « Mon objectif dans ce projet est d'inspirer les autres pour aider à soulever les esprits de ceux qui en ont désespérément besoin. » |  |

Information

22 septembre 2016


L'exposition Harry Benson : Seeing America au Parlement écossais


Rares sont les photographes qui deviennent plus célèbres que leurs collègues. Mais Harry Benson, né à Knightswood dans le district de Glasgow en Écosse, ayant autrefois travaillé chez Hamilton Advertiser, a reçu bien plus qu’une simple reconnaissance professionnelle. Il est nommé en 2009, Commandeur de l'ordre de l'Empire britannique (CBE) et réalise en 2014, le portrait officiel de la reine Elisabeth II pour le compte du Scottish National Portrait Gallery. Une rétrospective de son œuvre intitulée Harry Benson : Seeing America est consacrée du 12 août au 3 décembre 2016, au Parlement écossais dans le quartier d'Holyrood à Édimbourg. Aujourd’hui âgé de 86 ans, Benson est revenu dans son pays natal pour l’inauguration de l’exposition gratuite et répondre aux sollicitations de la presse. Il a également participé à une projection de Shoot First, documentaire consacré à sa vie et son œuvre, au Filmhouse d’Édimbourg.

Benson et les Beatles

Benson ne reconnaît aucune influence, sinon celle de Lord Beaverbrook, pour la seule raison qu’il lui avait offert du travail au Daily Express en 1958. Poste pour lequel il avait été chargé d’aller à Paris pour photographier les Beatles pour la première fois. Il avait d’abord refusé la mission, préférant partir en Ouganda comme prévu, mais s’est vite rendu compte de l’importance d’une telle opportunité. La photo qu’il préfère reste celle de la bataille de polochons des Beatles, prise tard dans la nuit à leur hôtel parisien, après que Brian Epstein leur avait annoncé qu’ils étaient numéro 1 aux États-Unis avec leur single I Want to Hold Your Hand. Benson a suivi le groupe jusqu’en Amérique pour leur première grande tournée de 1964.

Une rencontre inédite entre les Beatles et Mohammed Ali

La photo la plus célèbre prise par Benson pendant cette tournée est sans doute celle de la rencontre entre les Beatles et Mohammed Ali (Cassius Clay), le 18 février 1964, au Fifth Street Gym de Miami. Le groupe s’était rendu en Floride pour le tournage de la deuxième de leurs trois apparitions à l’Ed Sullivan Show, tandis qu’Ali s’entraînait en tant que challenger pour son combat de championnat avec Sonny Liston. Les Beatles souhaitaient rencontrer Liston, mais leur envie n’était pas partagée. Ce dernier avait assisté à l’enregistrement de l’Ed Sullivan Show avec l’organisateur du combat, Harold Conrad et il aurait déclaré : « Mon chien sait mieux jouer de la batterie que ce gamin avec le gros nez. »

Plus tard, Benson a travaillé pendant un temps hors de New York, couvrant les faits divers britanniques pour The Express avant d’être engagé par Life. Il a su capter les moments sombres de l’Amérique des années 1960, comme les mouvements pour les droits civiques, la ségrégation, les protestations nationales contre la guerre du Vietnam et les assassinats de Martin Luther King et Bobby Kennedy. |  |

Exposition Information Boutique

21 septembre 2016


Les sociétés des Beatles poursuivies en justice
pour la diffusion des images du concert au Shea Stadium


Selon le magazine Billboard, Apple Corps, entreprise fondée par les Beatles, et Subafilms Limited sont poursuivies en justice pour les images du célèbre concert au Shea Stadium de New York. La plainte a été déposée le 12 septembre dernier par Sid Bernstein Presents, une entreprise représentant l’homme d’affaires décédé en 2013 et qui avait promu le spectacle le 15 août 1965. Elle intervient alors que 30 minutes remastérisées du concert apparaissent dans The Beatles : Eight Days A Week - The Touring Years, le nouveau documentaire du réalisateur Ron Howard sorti le 15 septembre. Le procès réclame une injonction afin d’éviter que ces 30 minutes remastérisées ne figurent dans le documentaire, ne soient distribuées et reproduites. L’avocat d'Apple Corps, Paul Licalsi, a déclaré à Bloomberg que le procès est frivole, en faisant valoir : « M. Bernstein n'a jamais fait aucune réclamation pour le film pendant près de 50 ans, jusqu'à sa mort. »

Apple Corps et Subafilms ont acquis les droits des images du Shea Stadium en 1964 grâce à un accord entre NEMS Enterprises de Brian Epstein, le manager des Beatles et Sullivan Productions d’Ed Sullivan. Même si Bernstein Presents reconnaît l’accord, il nie la légalité des droits d’auteur et affirme être le seul propriétaire des images : « Puisqu’il a été le producteur, qu’il a apporté des contributions créatives à la performance de 1965 au Shea Stadium et qu’il a été embauché par les Beatles pour organiser leur tournée américaine, Sid Bernstein était le seul auteur des images soumises au droit d’auteur et, en cela, le seul propriétaire de tous les droits exclusifs ».

En juillet de cette année, Sid Bernstein Presents aurait appris que les Beatles prévoyaient de sortir les images remastérisées du concert mythique au Shea Stadium et auraient présenté une demande au Copyright Office, demande qui fut rejetée. Une demande ultérieure a été faite pour négocier un accord avec Apple Corps et Subafilms concernant les droits d’auteur. Elle fut elle aussi rejetée.

Malgré la demande de poursuites judiciaires pour l’injonction, cette affaire offre plusieurs solutions, y compris celle de nommer Sid Bernstein Presents unique auteur des images du concert ou auteur conjoint avec les Beatles. De plus, le procès demande à ce que la cour valide les enregistrements de droit d’auteur de l’entreprise ayant été rejetés et déclare donc que toute utilisation ayant été faite des images du célèbre concert soit considérée comme une atteinte au droit d’auteur (l’affaire évoque spécifiquement le documentaire de 1995 The Beatles Anthology et l’album Anthology 2, qui comprend une version live de Everybody’s Trying to Be My Baby). |  |

Information

20 septembre 2016


Cinq adolescents du Québec présentent le spectacle
Hommage aux Beatles : All You Need Is Love


Présentant des chansons de trois époques du groupe britannique les Beatles, cinq adolescents du Canada occuperont la scène de la salle municipale de Mandeville (Québec), le samedi 24 septembre à 19 h. L'événement est en préparation depuis plus d'un an. Yannick Junior Gravel, Alexis Ricard, Samuel Boucher, Mégan Laframboise et Fred Beauchamp feront voyager les gens avec les chansons de la célèbre formation de Liverpool. Les périodes de Love, Sgt. Peppers Lonely Hearts Club Band et Abbey Road seront notamment évoquées. Le spectacle est produit et présenté par les cinq jeunes de la région de Lanaudière. Les fonds récoltés durant la soirée seront remis à la Fondation André Dédé Fortin qui a pour but de prévenir les maladies mentales et le suicide.

« Hommage aux Beatles : All You Need Is Love est un événement d'envergure qui requiert beaucoup de travail et de détermination. Ce dont les membres du groupe, fanatiques des Fab Four, ne manquent point », affirme le Mandevillois Fred Beauchamp. Au plan personnel, la performance permettra aux cinq musiciens de découvrir une nouvelle manière de vivre la musique et les représentations. « De plus, ce spectacle permet aux jeunes passionnés de s'épanouir de plus en plus en confiance sur scène pendant un spectacle qui a une valeur exceptionnelle à leurs yeux », ajoute M. Beauchamp. Résumant la pensée de chacun, Mégan Laframboise précise : « Ce projet nous fait grandir, nous tous ensembles, comme une famille, tout en nous donnant l’opportunité de nous améliorer en tant que musiciens... c’est tout simplement magnifique ! » |  |

Information
Alexis Ricard, Mégan Laframboise, Yannick Junior Gravel, Fred Beauchamp et Samuel Boucher.