Swiss Beatles Fan Club

27 avril 2017


Paul McCartney : l'histoire végétarienne d'un ex-Beatle


Fin de l'article précédent

En 1998, Linda McCartney décède d’un cancer du sein. Son mari invite ses admirateurs, en tant qu’hommage, à faire des dons pour la recherche et à devenir végétariens. C’est notamment la fille aînée du couple, Mary, photographe, qui reprendra la main sur la marque de plats alimentaires de sa mère. L’autre fille, Stella, la plus célèbre de leurs enfants pour être une créatrice de mode reconnue, est elle vegan et également militante à PETA, bannissant la fourrure et le cuir d’origine animale de ses collections. Malgré la mort de Linda, Paul, qui serait devenu vegan, poursuit son engagement en délivrant régulièrement des messages pro-végétariens et en participant aux événements de PETA. Il est également apparu à la télévision pour montrer comment faire une purée. En 2002, il épouse Heather Mills, un ancien mannequin britannique. Le couple McCartney fait les manchettes en 2006 lorsque, photographié sur la banquise au Canada, il avait lancé un appel contre la chasse au phoques. Six ans après le mariage, un divorce très médiatisé s'en suit en 2008. Le musicien se remarie en 2011 avec l'Américaine Nancy Shevell, héritière d'un propriétaire d'une entreprise de transport routier.

Ses dernières activités les plus récentes concernent la campagne « Meat Free Monday » (« Lundi sans viande ») lancée depuis 2009 avec ses filles Mary et Stella, encourageant le grand public à réduire sa consommation de viande en faveur de la protection de l’environnement. « L’idée n’est pas nouvelle, c’est quelque chose qui se pratique dans de nombreux endroits dans le monde, mais nous trouvions que le lundi était un bon jour pour faire cela car on a généralement tendance à trop manger le week-end. C’est comme pour le recyclage : au départ les gens trouvaient cela bizarre, mais aujourd’hui, cela paraîtrait étrange de ne pas le faire », résume l’artiste. De nombreuses personnalités se sont jointes à l’événement, notamment Yoko Ono, Jeff Beck, Bryan Adams, Moby, Gwyneth Paltrow, Richard Branson ou Alec Baldwin. En référence à la campagne « Meat Free Monday », Paul McCartney s'attable en famille pour concocter une livre de recettes végétariennes publié en 2011. C'est avec ses filles que le chanteur a supervisé The Meat Free Monday Cookbook écrit par Annie Rigg, auteure de best-seller spécialisée dans le domaine de la cuisine.

En 2012, l'association PETA requiert à nouveau les services de Paul McCartney pour promouvoir sa nouvelle campagne « Eat Not Turkey », une action contre la consommation de dinde à Thanksgiving, une fête célébrée en novembre aux États-Unis où 45 millions de dindes sont tuées chaque année à cette occasion. L'équivalent américain est l'« Action de grâce » en octobre au Canada. Destinée à la campagne « #LoveLinda », une publicité est diffusée à la télévision en 2013 pour la promotion de l'entreprise alimentaire de Linda McCartney créée en 1991. En support musical, Paul réinterprète la chanson Heart of the Country et déclare à propos de l'héritage laissé par son épouse décédée : « Les valeurs et la philosophie qu'elle avait adoptées il y a 40 ans sont enfin plébiscitées par de nombreuses autres personnes. Nous nous engageons à soutenir sa vision et à nous assurer que nous jouerons un rôle clé dans l'évolution du végétarisme et d'un mode de vie sans viande. »
||

Information

Paul McCartney, « Meat Free Monday » (clip publicitaire de 2014).

Paul McCartney, « Heart of the Country » (clip publicitaire de 2013, voix off d'Elvis Costello).

25 avril 2017


Paul McCartney : l'histoire végétarienne d'un ex-Beatle


Suite de l'article précédent

Un an plus tard, Linda n’égrène ainsi que des ingrédients d’origine végétale lorsqu’elle chante Cook of the House Cuisinière de la maison »), sur l’album Wings at the Speed of Sound. Un morceau qui préfigurera la future carrière parallèle de Linda McCartney, dont le premier talent est la photographie, mais qui prendra néanmoins beaucoup de plaisir à découvrir toutes les subtilités de la cuisine végétarienne, écrivant des livres de recettes et lançant même en 1991 sa propre marque de plats cuisinés végétariens et vegans. « Quand Linda s’est lancée dans cette aventure culinaire, elle était une pionnière. Cela a entraîné une révolution sur l’offre de l’industrie alimentaire. Au fil des ans, nous avons vu de plus en plus de produits venir s’installer sur le marché, mais au lieu de réfléchir en femme d’affaires compétitive, Linda s’en est réjoui. Plus il y en avait, mieux c’était », décrit Paul McCartney dans une tribune au Huffington Post.

C’est également à cette époque que le couple McCartney franchira une nouvelle étape dans son activisme, devenant plus actif après une décennie 1980 difficile commercialement pour Paul et durant laquelle son amour des animaux sera retranscrit seulement à travers sa participation à la bande originale du dessin animé Rupert, avec notamment la chanson We All Stand Together. En 1993, pour le clip de Hope of Deliverance, chanson sur la tolérance de l’album Off the Ground, Paul McCartney n’oublie pas d’ajouter quelques animaux dans l’introduction. Ce sera d’ailleurs la dernière fois que l’ex-Beatle impliquera vraiment cet engagement dans sa carrière musicale. En effet, depuis, il n’a plus consacré aucun véritable morceau aux animaux ou même à l’environnement. Pour autant, c’est donc en parallèle qu’il se montrera plus actif. En 1995, le célèbre dessin animé The Simpsons accueille en guest le couple McCartney dans l’épisode durant lequel Lisa, la fille aînée, devient végétarienne. Un événement fondateur non démenti pour le personnage puisque Paul a conditionné sa participation à la série au fait que Lisa conserve à jamais ce régime alimentaire. La même année, le natif de Liverpool est la voix off du documentaire Devour the Earth, du journaliste vegan Tony Wardle.  »
||

Information

Paul McCartney, « We All Stand Together », dessin animé « Rupert » (1984).

Paul McCartney, « Hope of Deliverance », album « Off the Ground » (1993).

25 avril 2017


Paul McCartney : l'histoire végétarienne d'un ex-Beatle


Article en trois parties

À bientôt 75 ans, Paul McCartney poursuit inlassablement son combat de plus de 40 ans pour la protection des animaux et la promotion du végétarisme. Membre éminent de l'association PETA (« Pour une Éthique dans le Traitement des Animaux »), il laisse de temps en temps de côté sa célèbre basse violon pour rappeler sa lutte pour un régime sans viande. L’ex-partenaire musical de John Lennon s’est trouvé un autre combat depuis qu’il est devenu végétarien au milieu des années 1970 : la défense des animaux. Si l’on compare aux autres Beatles, qui ont tous fini végétariens – Lennon avec quelques écarts, McCartney n’a pas été le premier à embrasser ce régime alimentaire. C’est George Harrison qui, adepte des philosophies indiennes dès le milieu des années 1960, décide de lâcher la viande avant les autres et deviendra par ailleurs un jardinier émérite.

Mais pour les animaux, c’est Paul McCartney qui tient la corde et cela transparaîtra de temps à autre dans sa musique. En 1968, sur l’album The Beatles Album blanc »), il consacre une jolie chanson à sa chienne Martha. Il y célèbre aussi la nature (« Mother Nature's Son ») et les merles (« Blackbird »), mais pour symboliser le combat des noirs pour les droits civiques aux États-Unis. Deux ans plus tard, les Beatles se séparent et McCartney va noyer son spleen et sa rancœur en s’isolant avec femme et enfants dans sa ferme écossaise. Cette vie à la campagne au milieu des animaux lui inspirera la magnifique ode Heart of the Country, sur l’album Ram (1971). Ce dernier comporte également une drôle de chanson sur un chien à trois pattes (« 3 Legs »).

La même année, il publie un autre album avec son nouveau groupe, Wings, qu’il nomme Wild Life Vie sauvage »). La chanson-titre est un appel clair à la défense des animaux, qu’il place comme égaux de l’homme, critiquant l’existence des zoos. Mais c’est en 1975 et quelques chansons mettant en scène la nature ou des animaux plus tard (« Country Dreamer », « Mary Had a Little Lamb », « Single Pigeon » et « Little Lamb Dragonfly ») que Paul McCartney et sa femme, Linda, décident de devenir végétariens. Deux versions du déclic existent. La première dit qu’ils regardaient des moutons dans un champ tout en mangeant un plat à base d’agneau. La seconde, par Paul : « Voilà de nombreuses années, j’étais en train de pêcher et comme je ramenais le pauvre poisson, je me suis soudainement dit : “ Je suis en train de le tuer, et tout cela pour le plaisir momentané que cette activité m’apporte ”. Un déclic s’est produit en moi. J’ai pris conscience, en le regardant se débattre pour prendre de l’air, que sa vie était aussi importante pour lui que la mienne l’était pour moi. » Il ajoute : « Les gens ne voient pas le fait d’être végétarien uniquement comme un acte de clémence envers les animaux. Mais c’est ce que c’était pour nous à l’époque. Les gens sont aujourd’hui mieux éduqués en ce qui concerne l’alimentation et les avantages à réduire les apports en viande mais aussi en ce qui concerne l’impact environnemental que cela peut avoir sur la planète.
||

Photo : la famille McCartney, le 4 avril 1976, à Rye dans le comté du Sussex en Angleterre.


Paul McCartney, « Heart of the Country », album « Ram » (1971).

24 avril 2017


Paul McCartney : réédition de Flowers in the Dirt


Après Wings at the Speed of Sound, Venus and Mars, Wings over America, RAM, McCartney, McCartney II, Band on the Run, Pipes of Peace et Tug of War : Flowers in the Dirt est le nouvel album du catalogue de Paul McCartney à bénéficier du traitement Deluxe de la Paul McCartney Archive Collection. Comme pour les précédentes éditions de cette série, l'ancien membres des Beatles s'est chargé personnellement de la supervision du projet. La réédition commercialisée depuis le 24 mars dernier est présentée en quatre supports physique. Une édition spéciale de trois démos sur cassette a été proposé le 22 avril lors du Record Store Day, la journée annuelle de promotion organisée par les disquaires indépendants. Ces trois titres sont parallèlement à disposition en téléchargement gratuit lors de l'achat de la version Deluxe.

Outre l’album original remasterisé aux Abbey Road Studios de Londres, la version Deluxe est aussi accompagnée de 2 CD de 18 démos, d'un DVD avec 10 clips vidéo, 4 séquences sous forme de documentaires, comme celui de Put It There. Un code de téléchargement est également inclus pour obtenir du matériel audio supplémentaire comme des face B, des remixes, des versions single. À noter que de nombreux fans se sont exprimés à travers une pétition pour manifester leur mécontentement notamment pour cette option numérique. Le coffret est présenté dans un superbe packaging accompagné d’un livre relié avec 112 pages d’essai, d’un livre de photos de 64 pages, d’un cahier de notes manuscrites de Paul et du catalogue de l’exposition Flowers in the Dirt de Linda McCartney. La version vinyle propose un double LP de 180 grammes remasterisé et une gravure personnalisée. Une édition plus économique de 2 CD est disponible contenant l'album remasterisé et une compilation des démos.

Paru en 1989, Flowers in the Dirt est le huitième album de Paul McCartney enregistré en solo. Il s'agit du premier travail véritablement inédit du musicien depuis Press to Play (1986). Deux ans plus tard, alors qu'il s'apprête à remonter sur scène, le natif de Liverpool lance en effet les enregistrements de son album avec deux invités comme Elvis Costello qui coécrit certains titres et David Gilmour, le guitariste de Pink Floyd, tient la guitare sur We Got Married. Sept ans après la séparation des Wings, il forme un nouveau groupe qui l'accompagne également sur son album suivant, Off the Ground (1993) et dans deux tournées. Le succès de Flowers in the Dirt est au rendez-vous et permet à McCartney de renouer avec le succès comme à l'époque de Tug of War (1982). Bénéficiant de l'engouement pour les Beatles engendré par la publication de leur catalogue sur CD, l'album est propulsé en première place des hit-parades britanniques (disque de platine) et dans plusieurs autres pays. Aux États-Unis, même s'il n'est que 21e, il reste classé près d'une année dans le Billboard 200 et devient disque d'or.
||

Boutique

Paul McCartney, « Figure of Eight », Cincinnati (1990).