Swiss Beatles Fan Club

27 décembre 2012


Yoko Ono contribue à un œuvre d'art en mémoire à Václav Havel


À l’heure des commémorations pour le premier anniversaire de la mort de Václav Havel, une nouvelle œuvre d’art prend sa place dans la liste des hommages rendus à l’ancien dissident et ancien président. Dévoilée le 8 décembre dernier à l’aéroport de Prague, cette immense tapisserie a été réalisée grâce au travail d’Amnesty International, d’artistes de renommée mondiale et de deux artisans français d’Aubusson. Tout a commencé avec une illustration, celle de la couverture du numéro spécial Václav Havel de février 2012 du journal tchèque Hospodářské noviny dessinée par l’artiste tchèque Petr Sís. Moins d’un an plus tard, cette image représentant la silhouette d’un homme au cœur blessé formée par un groupe d’oiseaux volant au-dessus de Prague est devenu une tapisserie de plus de 21m², tissée par deux artisans français suivant la technique traditionnelle de la tapisserie d’Aubusson.

Petr SísPetr Sís : « J’ai dessiné une image qui aurait dû être une image triste, car l’idée de monsieur Dvořák de Hospodářské noviny était que je dessine une image qui commémorerait le décès ou la disparition de Václav Havel. J’ai voulu capturer un moment, celui où l’on lève les yeux vers le ciel et où l’on voit des nuages ou un groupe d’oiseaux qui vont inévitablement se séparer et chacun va voler de son côté. A l’origine ça devait être une image triste et désespérée. C’est cette image bleue qui a retenu le regard de Bill Shipsey. Et de cette image triste et désespérée est née cette magnifique et très inspirante tapisserie, ce à quoi je n’aurais jamais pensé. »

C’est grâce au soutien d’artistes de renommée mondiale que le projet à pu voir le jour : Bono, The Edge, Peter Gabriel, Sting et Yoko Ono ont en effet financé le million et demi de couronnes, soit près de 60 000 euros, qu’a coûté la réalisation artistique. Pour eux, il s’agissait de rendre hommage à l’homme et de rappeler la force de son combat, son universalité et surtout son actualité. Une œuvre d’art dont la beauté, la qualité technique et la force symbolique ne manqueront pas de retenir l’attention des voyageurs transitant par le terminal 2 de l’aéroport Václav Havel de Prague pendant les dix années à venir, avant de revenir aux mains de son propriétaire officiel, la fondation Vize 97 de Dagmar et Václav Havel. ||