Swiss Beatles Fan Club

12 avril 2013



Le pasteur homophobe brésilien Marco Feliciano
salue le meurtre de John Lennon

Le polémique pasteur évangélique qui préside la Commission des droits de l’homme de la Chambre des députés du Brésil, Marco Feliciano, s’accroche à son poste malgré les pressions croissantes pour qu’il démissionne et une plainte du procureur général contre ses propos homophobes. Elu député en 2010 avec 211’000 voix pour le petit Parti social-chrétien (PSC, droite), Marco Feliciano, 40 ans, chanteur de gospel, a été élu à la tête de la Commission des droits de l’homme et des minorités le 7 mars 2013. 

Mais rapidement, ses déclarations polémiques, racistes et homophobes, sur son compte Twitter ou dans des vidéos qui inondent la Toile, ont soulevé la colère des défenseurs des droits de l’homme et des intellectuels, le chanteur Caetano Veloso en tête. «Il est inacceptable qu’il reste à la tête d’une commission qui a un rôle fondamental pour faire des lois», a déclaré Mauricio Santoro d’Amnesty International.

«La malédiction de Noé pèse sur le continent africain» et «Je ne veux pas voir dans la rue un homme en embrasser un autre» ou encore «Quand on encourage une femme à avoir les mêmes droits qu’un homme […] elle commence à annuler son côté maternel et pour ne pas être mère, elle ne se marie pas ou a une relation avec une personne du même sexe» sont quelques exemples des propos qui ont provoqué une levée de boucliers dans le pays.

Dans une vidéo publiée cette semaine, le pasteur affirme que c’est la colère de Dieu qui a tué le musicien anglais John Lennon (de trois balles) car il avait dit que les Beatles étaient plus célèbres que Jésus-Christ. «Personne n’affronte Dieu et survit au libertinage», a déclaré le pasteur Feliciano, avant d’ajouter: «J’aurais aimé être là le jour où l’on a trouvé son corps […] je lui aurais dit: «Pardonne-moi John mais cette première balle est au nom du père, cette deuxième au nom du fils et cette troisième au nom du Saint-Esprit.»

L’élection de Marco Feliciano montre l’influence croissante des évangélistes au parlement et dans la vie politique brésilienne. Le groupe parlementaire évangélique compte 78 députés sur 513. Le 9 avril 2013, 24’000 pasteurs lui ont apporté leur soutien. |@|