Swiss Beatles Fan Club

13 novembre 2013



Grâce à l’argent gagné par les Beatles,
la maison de disques EMI a financé le premier scanner cérébral,
inventé par Sir Godfrey Hounsfield

En 1931, la société Electric and Musical Industries, ou ‹ EMI, fabriquait des disques 78 tours et vendait des gramophones; autrement dit, à cette époque, le ‹ M était beaucoup plus important que le ‹ E. Le département électrique de la société était de taille modeste. En 1955, la société racheta Capital Records (et son prestigieux catalogue: Frank Sinatra, Nat ‹ King Cole, Peggy Lee), devenant du même coup l'un des piliers de la musique populaire.

Godfrey Hounsfield, ingénieur britannique, est embauché en 1949 dans le département électronique de la société EMI, pour travailler sur les radars et les armes téléguidées. Il est particulièrement intéressé par le fonctionnement des premiers ordinateurs ainsi que par le stockage de données sur bande. A partir de 1958, il dirige la conception du premier ordinateur à transistors de Grande-Bretagne, le EMIDEC 1100. Pour combler la lenteur des transistors par rapport aux tubes vides, il conçoit un système permettant d'en accélérer le fonctionnement ce qui conduira au développement des transistors dans l'informatique. En 1962, il rejoint le laboratoire central de recherche à Hayes ou il travaille à la conception du stockage d'informations très nombreuses. Le projet aboutit mais est abandonnée car non-viable commercialement.

En 1962, sur les recommandations du producteur George Martin, EMI signe avec un nouveau groupe
: les Beatles. Durant les dix années suivantes, les Fab Four font gagner des millions de dollars à la société; l'argent coule à flot, tant et si bien qu'EMI en 1967, autorise Godfrey Hounsfield à poursuivre les recherches de son choix. Un jour de la même année (sortie également de ‹ Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band et de ‹ Magical Mystery Tour), lors d'une promenade dans la campagne anglaise, Hounsfield a une révélation: si l'on prenait un objet en photo de tous les côtés, il serait certainement possible d'en créer une image en trois dimensions. De retour au laboratoire, il s'empresse de soumettre aux rayons X une tête de vache (empruntée à l'abattoir du quartier); il réalise une série de radiographies prises depuis différents angles de vue. Et plutôt que de capturer ces images sur film, Hounsfield décide de les convertir en données numériques. En manipulant ces données sur un ordinateur, il découvre alors qu'il est possible de fusionner des dizaines (et même des centaines) de clichés radiographiques numérisés pour en faire une image unique – ce qui permet d'explorer plus avant l'anatomie de la tête. Le résultat: une image transversale représentant l'intérieur du crâne avec une stupéfiante clarté. Il donne un nom à la technique: ‹ computed tomography (tomographie informatisée), ou ‹ CT.

EMI commence à commercialiser son scanner en 1971. Godfrey Hounsfield suggère de s'intéresser à la reconnaissance automatique des formes ce qui conduira au développement du scanner et à la tomographie par rayons X en 1972. La première partie du corps humain à être examinée fut le cerveau. En 1975 apparaît le premier appareil capable de radiographier le corps entier. La conception et la construction de divers prototypes l'occupent à temps plein jusqu'en 1976. Sa curiosité l'amène à s'intéresser à d'autres projets en développement dans les domaines connexes de l'imagerie diagnostique, telles que la résonance magnétique nucléaire. En 1979, il reçoit le prix Nobel de physiologie et de médecine. En 1981, il est anobli par la reine Elisabeth II. Il prend officiellement sa retraite en 1986, mais reste consultant chez EMI et divers hôpitaux. A la veille de ses 85 ans, il décède le 12 août 2004. Aujourd'hui, il y a environ 30'000 scanners CT dans le monde, dont un tiers aux Etats-Unis.
|@|



Sir Godfrey Hounsfield. 
Le premier scanner commercial installé à l'hôpital Atkinson Morley de Londres en 1971.


Exposition UKRC 2005, au centre G-MEX, de Manchester.
Le tout premier prototype de scanner CT inventé par Sir Godfrey Hounsfield.