Swiss Beatles Fan Club

3 décembre 2013


Les bulletins scolaires de John Lennon
vendus 10 ' 240 euros aux enchères

John Lennon est l'un des artistes les plus lucratifs de l'histoire du rock. Après sa maison d'enfance, ses toilettes, une de ses dents, une interview et d'autres nombreux effets personnels dont la valeur s'est envolée, ce sont ses bulletins scolaires qui ont été au centre d'une vente aux enchères. Deux d'entre eux, détaillant les méfaits du futur chanteur des Beatles, qui faisait le « clown en classe », « mâchait du chewing-gum en classe », ont atteint près de 8 ' 500 livres chacun (10 ' 240 euros) dans une vente aux enchères en ligne, organisée par TracksAuction.com, dimanche 1er décembre 2013.

Les deux fiches de  colle » révèlent que le célèbre membre des Beatles, lorsqu'il était adolescent, avait été puni pour s'être « battu en classe », y avoir causé des « perturbations », avoir « bousculé »  des élèves et pour n'avoir montré « aucun intérêt pour quoi que ce soit » à l'époque où il était scolarisé au lycée pour garçons dans sa ville natale de Liverpool, en Angleterre.

Les frasques de John Lennon dans l'enceinte scolaire n'étaient pas inconnues avant la vente de ses deux bulletins. Son passé sur les bancs de l'école était en effet chaotique. Turbulent, cherchant toujours à se faire remarquer, il se bagarrait sans cesse avec ses camarades. Dans la biographie qu'Hunter Davies a consacré aux Beatles en 1968 (traduite en français en 2004, Editions Le Cherche Midi), John Lennon faisait d'ailleurs remarquer : « J'adorais Le Vent dans les saules [de Kenneth Grahame]. Quand j'avais lu un livre, il fallait que ça devienne vrai. C'est pour ça que je voulais être meneur à l'école. Pour que les autres jouent les jeux qui me plaisaient, comme dans ce que je venais de lire. »

Après des années agitées à l'école primaire, John Lennon ne s'était pas assagi lors de son passage au lycée Quarry Bank High School, en proche banlieue de Liverpool, de 1952 à 1957. Malgré un nombre d'élèves plus important, il n'en démordait pas : « Je voulais être admiré. Je voulais être le patron. Ça me plaisait davantage que de faire le petit bourgeois ». John Lennon était également l'auteur de poèmes grivois et de dessins obscènes qui lui valaient des ennuis réguliers. Ses résultats n'étaient pas brillants et empiraient d'année en année, le menant bientôt dans la « filière C », pour les élèves en difficulté. Une événement vécu comme une honte par Lennon, bien qu'il ne se mis pas pour autant à travailler davantage, par désir de ne pas « se mesurer aux débiles ».

Après avoir échoué à ses examens, c'est finalement grâce à son entrée aux Beaux-Arts qu'il trouva une voie plus en phase avec ses aspirations. C'est d'ailleurs là qu'il rencontra Stuart Sutcliffe, qui participa à l'aventure des Beatles en 1960 et 1961 accompagné d'une guitare basse, ainsi que son épouse Cynthia Powell, dont il s'est séparé en 1968 après sa rencontre avec Yoko Ono. Mais même aux Beaux-Arts, John Lennon avait du mal à se discipliner et il n'obtenu pas son examen de fin d'année. Seuls les bancs de l'école du rock lui auront donc permis de manifester son talent et de briller comme il l'espérait.
|  |
John Lennon, Quarry Bank High School, 1957.