Swiss Beatles Fan Club

14 février 2014



Le 11 février 1964, la Beatlemania déferle sur Washington

Une tempête de neige s'abat sur la côte est et tous les vols sont annulés. Au départ de New York, un wagon spécial est donc accroché au train express, appelé le «Congressman», de la compagnie ferroviaire de Pennsylvanie. La voiture, un vieux wagon-lit, baptisé «le roi George», de la ligne Richmond, Fredericksburg et Potomac est déjà bourrée de journalistes à l'arrivée du groupe. A chaque nouvel arrêt, des cameramen apparaissent aux fenêtres pour essayer de filmer.

A la gare centrale de Washington, plus de 2'000 fans bravent vingt centimètres de neige pour venir accueillir leurs idoles. Une conférence de presse est organisée lors d'une visite de WWDC, la première radio américaine à avoir diffusé un disque des Beatles.

Le groupe descend au Shoreham Hotel. Ils occupent tout le septième étage dont on interdit complètement l'accès aux admirateurs. Une famille refuse de quitter sa chambre, située également au septième. L'hôtel décide donc de couper le chauffage central, l'eau chaude et l'électricité et prétend qu'ils sont les malheureuses victimes d'une panne de secteur. La famille fort mécontente, est obligée de déménager. 


Un policier se glisse une balle dans chaque oreilles

Deux jours après leur première prestation télévisuelle au «
The Ed Sullivan Show» suivie par 73 millions de personnes, un total de 8'092 fans en majorité des filles assistent, ce soir-là, au concert donné au Washington Coliseum. Jay & The Americans, The Righteous Brothers et Tommy Roe assurent la première partie. Les Beatles sont protégés par 362 officiers de police. L'un d'entre eux trouve le volume sonore si élevé qu'il se glisse une balle de revolver dans chaque oreille en guise de boule Quiès.  

Atmosphère électrique

Depuis les début à Liverpool, c'est le plus grand show qu'ils ont jamais donné. Ce premier concert des Beatles est annonciateur de tous ceux à venir. Comme cela deviendra une habitude, les conditions dans lesquelles ils doivent se produire sont loin d'être idéales : dans le Coliseum, la scène est au milieu de la salle, comme un ring, la batterie de Ringo Starr est placée sur un plateau pivotant pour que le groupe puisse jouer face à l'une ou l'autre partie du public. Le matériel fonctionne mal, et les Beatles doivent, eux-mêmes, faire tourner le plateau sur lequel leur batteur est installé. Les conditions de sonorisation pour un public de cette importance sont, à cette époque, encore balbutiantes, l'atmosphère est électrique et les fausses notes se perdent dans les hurlements du public. Quant à la foule, c'est l'hystérie pour une très grande majorité de fans, une situation que les Beatles vivront tout au long de leurs déplacements et concerts à travers le monde.

Le public arrose le groupe de friandises 

Durant le spectacle, rien ne peut arrêter la pluie de bonbons qui tombe sur la scène: les fans ont appris que George Harrison a un faible pour les «jelly babies» - bonbons anglais fourrés en forme de bébé - et ils arrosent la scène de leurs équivalents américains, dotés d'une coque plus dure. Ces confiseries piquent la peau ou viennent frapper les instruments.

Le manager des Beatles, Brian Epstein, a organisé le concert comme une répétition avant que le groupe ne se produise, le lendemain, au prestigieux Carnegie Hall à New York. Après la représentation, Paul McCartney déclare: «C'est, à ce jour, notre concert le plus excitant.» Brian Epstein a permis que CBS filme la performance de ses protégés. Elle est projetée, le 14 et 15 mars 1964, dans les salles de cinéma américaines. |MilesHillAFP|
 
Roll Over Beethoven
Chuck Berry
From Me to You
The Beatles
I Saw Her Standing There
The Beatles
This Boy
The Beatles
All My Loving
The Beatles
I Wanna Be Your Man
The Beatles
Please Please Me
The Beatles
Till There Was You
Sue Raney
She Loves You
The Beatles
I Want to Hold Your Hand
The Beatles
Twist and Shout
Bert Russel
Long Tall Sally
Little Richard