Swiss Beatles Fan Club

2 avril 2014


Concerts au Cafe Oto de Londres:
passion et conviction selon Yoko Ono

Les 22, 23 et 25 mars derniers, Yoko Ono se produisait à guichet fermé, au Cafe Oto de Londres. Pour les deux premières soirées, elle était accompagnée de Thurston Moore (guitare) et Steve Shelley (batterie), membre du célèbre groupe américain Sonic Youth. Ce n’était pas la première fois qu'une association voit le jour entre Yoko Ono et les musiciens du groupe new-yorkais, fer de lance du rock alternatif des années quatre-vingt. 

En 2010, avec les deux membres fondateurs, Thurston Moore et Kim Gordon, ils étaient tous les trois apparus sur scène lors d’une performance au Orpheum Theatre de Los Angeles. Ils avaient alors joué une chanson de l’album ‹ Blueprint for a Sunrise › de Yoko Ono, intitulée ‹ Mulberry ›. Malgré la séparation de Sonic Youth annoncée en octobre 2011, le trio publie en octobre 2012, ‹ Yokokimthurston ›, un album de six titres. Provenant de la publication, la composition ‹ Early in the Morning › de 14 minutes fut proposée en téléchargement numérique. L'intégralité des bénéfices seront reversés à l’Ashinaga Rainbow House, organisation japonaise qui offre un soutien émotionnel aux enfants ayant perdu leurs parents lors du tsunami en mars 2011. La prestation londonienne de mars 2014 est donc une suite logique, dans l'idéal de la musique bruitiste qui anime et rassemble ces complémentarités artistiques remplies d'énergie, l'esprit même de la première formation de John Lennon et Yoko Ono, le Plastic Ono Band de la fin des années soixante.
 

Pour la représentation du 25 mars, Yoko Ono a convié le guitariste et compositeur Nels Cline, du groupe de rock américain Wilco. Il a participé au dernier opus de l'artiste japonaise, ‹ Take Me to the Land of Hell ›, paru en septembre 2013 et salué par la critique. Pour la section rythmique, était présent Talvin Singh, DJ et joueur de tabla virtuose, l'un des principaux représentants de l'Asian Underground, courant musical mélangeant musique occidentale (electro, punk, folk...) et musiques traditionnelles du sous-continent indien. Ces collaborations sont prestigieuses, notamment avec Siouxsie and the Banshees, Madonna, Future Sound of London, Sun Ra et Massive Attack.

Nous allons couvrir cette terre de notre amour !

Lors de ces trois concerts, les thèmes abordés par Yoko Ono s'articulaient entre poésie enfantine, féminisme, colère, perte et abandon, ainsi que l'éternelle hippie avec son idéal déterminé qu'elle hurle sur la chanson
‹ Rising ›: «Nous allons couvrir cette terre de notre amour!». La voix de Yoko Ono est l'instrument le moins raffiné, mais ô combien identifiable et pertinent, entre art contemporain, orgasme, quinte de toux, gémissement et crie strident. Elle parle en plusieurs langues en menant la musique par son humeur, son caractère et c'est toujours avec passion et conviction.

Cette petite boule de feu de 81 printemps, ornée de son chapeau noir et de ses nuances, sa silhouette fragile bourrée d'idéalisme, de tragédie, d'endurance et de culture, permet de dépasser le rire ou l'agacement que le simple spectateur pour être tenté d'avoir. Celle qui fut jadis brûlée sur l'autel de la séparation des Beatles, et qui de nos jours après bien des épreuves du chemin de croix, voit le gotha de la scène alternative se ruer à ses concerts, participer à ses projets. De Patti Smith en passant par les Beastie Boys jusqu'à Lady Gaga, sans oublier les plus grandes galeries d'art de la planètes accueillant ses créations, comme récemment le Musée Guggenheim de Bilbao.
|  |

Setlist - Yoko Ono, Thurston Moore, Steve Shelley
1 | Don’t Stop Me 2 | Why 3 | Will I 4 | Improvisation 5 | Rising
6 | Don’t Worry Kyoko (Mommy’s Only Looking For Her Hand In The Snow) 7 | Hugging Piece 

Setlist - Yoko Ono, Nels Cline, Talvin Singh
1 | Rising 2 | Why 3 | Greenfield Morning (I Pushed A Baby Carriage All Over The City) 
4 | O’ Wind (Body Is The Scar Of Your Mind) 5 | I Had A Voice Like A Young Boy