Swiss Beatles Fan Club

29 août 2014


Dans l'antichambre des Beatles
Quatre garçons et une secrétaire dans le vent


Connue par tous les fans des Beatles en Angleterre, Freda Kelly fut de 1962 à 1972 la secrétaire des «Fab Four». Dix années de rêve où, dès l’âge de 17 ans, la jeune dactylographe de l’époque fut au plus près de John, Paul, George et Ringo. C’est elle qui a présidé le fan-club du groupe composé de 70 '000 membres, répondu aux milliers de lettres d’admiratrices envoyées du monde entier et rédigé le petit fanzine qui donnait les informations et les potins sur les quatre garçons dans le vent.

«
C’était la place de secrétaire la plus convoitée du monde», reconnaît-elle aujourd’hui dans le documentaire de 82 minutes que lui consacre Ryan White. Discrète, loyale, intègre et fidèle, Freda Kelly, aujourd’hui âgée de 70 ans, n’avait jamais parlé publiquement de cette période où elle vécut dans l’intimité des Beatles et celle de leur manager, Brian Epstein, qui l’avait remarquée dans le sous-sol de La Cavern, à Liverpool, où les Beatles ont fait leurs débuts. C’est pour montrer à ses petits-enfants que leur grand-mère a contribué, à sa façon, à l’histoire du rock qu’elle a accepté de se confier face à la caméra.
 

A cette époque où les plans marketing des chanteurs n’existaient pas, tout se faisait de manière spontanée et artisanale, même au plus fort de la beatlesmania qui mobilisait des milliers de fans à chacun de leurs déplacements. «Au contact des Beatles, j’ai grandi très vite», confie Freda Kelly, qui, au fil du temps, était devenue une amie et une confidente de ses «héros». «Elle était vive, drôle et gracile», souligne Angie McCartney, la belle-mère de Paul.

Avec ses grands yeux gourmands et son sourire séduisant, elle a assisté à toutes les évolutions, les créations, les malheurs (la mort brutale de Brian Epstein, le 27 août 1967), les difficultés et la séparation du groupe. De cette période dorée, elle n’a conservé que de rares archives et ne regrette pas d’avoir distribué gratuitement aux fans qui la sollicitaient de nombreux souvenirs des Beatles qui, aujourd’hui, valent de l’or dans les ventes aux enchères. «
J’aurais pu être riche, mais j’aurais eu le sentiment de les trahir», confie-t-elle. Armée du sourire de son adolescence, elle dit simplement: «J’ai vécu une vie passionnante et je me suis bien amusée.» |  |

Télévision Arte, dimanche 31 août, à 22 h 35
Rediffusion mardi 16 septembre, à 02 h 10


Le documentaire Good Ol' Freda de Ryan White est disponible en DVD et Blu-ray. 
La distribution est actuellement en langue anglaise.

Boutique