Swiss Beatles Fan Club

1 décembre 2014


Le 28 novembre 1974, l'avant-dernière apparition de John Lennon
sur scène au Madison Square Garden de New York

Le 28 novembre 1974 est un jour particulier pour les fans de John Lennon. Il s'agit de son avant-dernière apparition sur scène en invité spécial d'Elton John. La dernière représentation officielle étant, le 18 avril 1975, pour une soirée de gala en hommage à Sir Lew Grade, en direct de l'hôtel Hilton, à New York. En 1973 et 1974, John Lennon se voit signifié par sa femme Yoko Ono de quitter le domicile conjugal. Il s'installe à Los Angeles avec May Pang, sa jeune assistante et nouvelle compagne avec la « permission » de son épouse légitime... Ce sera sa période rocker, un retour aux sources. Lennon parlait d'un « week-end perdu » ou « Lost Weekend », un temps qui durera presque deux ans. Avec le producteur Phil Spector, il enregistre les albums Walls and Bridges (1974) et Rock 'n' Roll (1975).

Contrairement aux idées reçues, c'est une époque plutôt productive au niveau musical pour l'ex-Beatles. Il se lâche, se laisse aller, défraye parfois la chronique «people» par ses frasques alcoolisées, mais produit parmi ses plus beaux titres. S'il fait la fête sans limite sur la côte Ouest avec ses camarades de « beuveries » comme Keith Moon, Harry Nilsson ou Ringo Starr, il aura aussi l'occasion de collaborer avec plusieurs musiciens. Il renouera avec Paul McCartney ou Stevie Wonder à l'occasion d'un bœuf qui ne restera pas dans toutes les mémoires, mais qui aura eu au moins le mérite de rapprocher les deux amis d'enfance de Liverpool. Il composera et enregistrera avec David Bowie ou encore Elton John. Le titre Fame (1975) coécrit par Carlos Alomar et John Lennon, permettra à Bowie d'obtenir son premier numéro 1 aux Etats-Unis. Lennon produira l'album Pussy Cats (1974) de Harry Nilsson. C'est également dans cette parenthèse que l'évocation d'une reformation des Beatles n'est plus forcément un sujet tabou...

La conséquence d'un pari perdu

Elton John avait participé à l'enregistrement de la chanson Whatever Gets You Thru The Night destinée à l'album Walls and Bridges et avait parié avec son acolyte que ce titre se classerait en tête des classements. Chose à laquelle Lennon ne croyait pas vu qu'il n'avait encore jamais obtenu le moindre numéro 1 en solo (au contraire aux trois autres membres des Beatles). Il avait donc tout naturellement accepté le pari que si le titre arrivait au sommet du hit-parade, il rejoindrait Elton John sur scène. Manque chance pour l'ancien Beatles, édité le 23 septembre 1974, Whatever Gets You Thru The Night deviendra l'unique numéro 1 aux USA de son vivant !

Une semaine avant le concert programmé au Madison Square Garden de New York, John Lennon assiste à un show d'Elton John à Boston. Une prestation dont il ressort terrorisé, face à l'aisance du musicien et à la ferveur du public. Pourtant, malgré son appréhension, il se rend le 27 novembre aux répétitions d'Elton et son groupe. Ce dernier souhaite que son invité puisse chanter le titre emblématique Imagine lors de la prestation en public, mais Lennon refuse de se « pointer comme Dean Martin chantant ses grands succès ». Il veut s'amuser et jouer du rock 'n' roll. Le lendemain, Lennon arrive dans le célèbre lieu du Madison Square Garden. Il est traumatisé. Fébrile. Il n'a participé que ponctuellement à des concerts depuis l'arrêt des tournées des Beatles en... 1966 ! Il est en train de vomir dans les coulisses. En plus, il apprend la présence de Yoko Ono dans l'assistance de la salle. L'histoire veut que cette performance live est à l'origine de leur réconciliation et du retour de Lennon à New York. « Notre séparation a été un échec » dira-t-il. Après plusieurs fausses couches par le passé, dix mois plus tard naîtra le bébé de la dernière chance (Yoko Ono a 41 ans). Elton John sera le parrain de Sean Ono Lennon.

Monsieur John Lennon

Mais pour l'heure, Elton John interrompt son concert. Il s'adresse au public en disant «comme c'est Thanksgiving, on s'est dit qu'on partagerait ce soir un peu de notre joie en invitant quelqu'un avec nous sur scène. Je suis sûr que tout le monde le connait dans le public. C'est notre grand privilège et votre grand privilège de voir et d'entendre... Monsieur John Lennon !». La clameur du public et Bernie Taupin, le parolier d'Elton John, projetèrent littéralement Lennon sur le devant de la scène pour y livrer une version de leur tube en duo, Whatever Gets You Thru The Night, avant d’enchaîner avec Lucy in the Sky with Diamonds. Pour finir, il annonce un morceau écrit «par une ancienne fiancée qui s’appelait Paul». Contre toute attente, suit alors une version de I Saw Her Standing There, la chanson qui ouvrait en 1963 le premier album des Beatles. Dans un entretien accordé au journal français L'Express en 2001, Elton John se remémore ces instants qui appartiennent désormais à l'histoire : « Je n'ai jamais entendu pareil accueil du public. Je pleurais, tout le groupe était en larmes... C'était un grand honneur qu'il nous faisait. Son assassinat, en 1980, est l'une des choses les plus tristes que j'aie vécues, avec le meurtre de Gianni Versace et l'accident de Diana. Les perdre tous les trois d'une façon si absurde a été un choc incroyable... » |  |

Audio > Vidéo