Swiss Beatles Fan Club

23 mars 2015


Yoko Ono : arrêtez de me jeter des pierres !

Il paraît qu'à mon âge, on doit se comporter d'une certaine manière. Moi, je suis comme je suis. Ne m'en empêchez pas, s'il vous plaît. Je n'ai pas envie d'être vieille et malade, comme tant d'autres octogénaires. Ne m'obligez pas à le devenir.

Même quand je me défonce sur scène, les critiques ne me laissent rien passer. Ils disent que ce que je fais ne correspond pas aux normes musicales, et se focalisent sur mon sens du rythme ou quelques notes pas tout à fait justes. Je n'ai aucun problème avec ma voix. Si j'en avais, vous ne ressentiriez pas ce que vous ressentez.

Le jour où je m'en soucierai, comme vous me le demandez, elle n'aura plus de raison d'être. Si vous voulez quelqu'un avec une « vraie » formation au chant, allez écouter du classique. J'ai fui cet univers quand j'étais toute petite. J'ai suivi mon propre chemin. Si j'essayais de vous jouer de la musique classique, ça ne serait pas créatif. Je fais partie de ces gens, comme Iggy - un chanteur absolument extraordinaire - qui ont créé leur propre style de rock.

Laissez-moi être libre d'être qui j'ai envie d'être !

Ne m'obligez pas à être vieille, et épargnez-moi toutes vos idées et commentaires sur la manière dont je devrais me comporter. Vous n'êtes pas obligés de venir à mes concerts. Ma voix génère une énergie extraordinaire parce que je suis qui je suis. Si elle ne vous fait rien, tant pis pour vous.

Je me souviens d'un critique venu assister au concert que j'avais donné à l'occasion de mon 80e anniversaire. Il ne comprenait pas que ma voix ne soit pas exactement synchrone avec la musique. Figurez-vous que j'aime lui donner un rythme syncopé, de sorte qu'elle a un peu de décalage. Ça se fait aussi en classique, vous aviez oublié ? Eh oui, je n'hésite pas à piocher dans mon éducation musicale.

Laissez-moi libre de chanter comme je l'entends

Sinon, ma musique n'aurait pas cette beauté éthérée, mélange de toutes les périodes de ma vie : nouveau-né émerveillé par le monde qui l'entoure, toute petite fille déjà très sage, pleine de créativité et n'hésitant pas à exprimer son point de vue; adolescente rebelle et pleine d'énergie ; jeune femme sexy de vingt ans ; toujours sexy à trente, quarante, cinquante, soixante et soixante-dix ans, jusqu'à aujourd'hui. Ma musique intègre aussi la folk du monde entier, la voix du peuple qu'on ne fera jamais taire, sans oublier des sons venus d'autres planètes ! Je suis très respectueuse de cette musique, j'en prends grand soin, et je suis toujours reconnaissante de cette capacité à concevoir et à chanter chaque note.

Certains ont également critiqué le short très court que je portais dans mon clip, Bad Dancer. Ça vous pose un problème ? Pourtant, vous ne dites rien quand d'autres danseuses portent des petits shorts. A moins que vous n'estimiez que les femmes de mon âge doivent porter des vêtements taillés différemment...

La seule chose que je redoute, c'est que toutes ces critiques sur mon âge finissent par produire leur effet, que je les écoute et qu'elles me rendent vieille. Alors je me bouche les oreilles ! Parce que, croyez-moi, ce n'est pas facile de continuer à danser dans une société qui stigmatise la vieillesse. Arrêtez de me jeter des pierres ! Laissez-moi tranquille ! Aimez-moi pour qui je suis. |  |

Cette tribune, publiée à l'origine sur Le Huffington Post (Royaume-Uni), 
a été traduite de l'anglais par Bamiyan Shiff pour Fast for Word.