Swiss Beatles Fan Club

7 avril 2015


The Beatles : Live ! at the Star-Club in Hamburg, Germany ; 1962
Les bandes maîtresses originales mises aux enchères

Live ! at the Star-Club in Hamburg, Germany ; 1962 est un album double non officiel des Beatles enregistré en direct, au Star-Club de Hambourg, fin décembre 1962. Ce bootleg a été publié en 1977 avec des versions quelques peu différentes en Europe et en Amérique.

Les Beatles ont fait leurs dents dans les clubs de Hambourg ; ils y sont devenus des professionnels. Les conditions de vie étaient difficiles et ils passaient de longues heures sur scène. Lors des deux premiers séjours en Allemagne, d'août à septembre 1960 et d'avril à juin l'année suivante, le groupe fut sur scène pour un total de 918 heures (à coup de 4,5 à 6 heures par soir, six fois par semaine). Leur troisième séjour, du 13 avril au 31 mai 1962, ils jouèrent de trois à quatre heures par soir. Pour les deux derniers séjours au Star-Club, du 1er au 15 novembre et du 18 au 31 décembre 1962, avec Ringo maintenant membre du groupe, ils n'avaient qu'à jouer deux heures par soir.

Pour la dernière visite d'Hambourg, ils étaient deuxième tête d'affiche derrière Johnny and the Hurricanes (groupe instrumental américain très populaire en Allemagne à l'époque) et devant The Strangers, Kingsize Taylor and the Dominoes (deux groupes de Liverpool), Tony Sheridan, Roy Young (qui jouaient dans le groupe en résidence du Star-Club) et Carol Elvin (une chanteuse de Londres). Malgré le fait qu'ils avaient de meilleures conditions, étaient mieux rémunérés et logés gratuitement avec chacun une chambre à l'hôtel Pacific située non loin du club, le groupe n'avait aucune motivation d'être à Hambourg. Ils avaient un contrat en poche avec EMI, un 45 tours dans les hit-parades et un second d'enregistré ; ils se devaient quand même de respecter un contrat qu'ils avaient déjà signé.

Un soir durant cette ultime visite dans le quartier Sankt-Pauli, Ted « Kingsize » Taylor a pris l'initiative d'enregistrer, à l'aide d'un magnétophone à bande Grundig relié à un seul microphone placé devant la scène, la performance de certains des groupes. Au moins trois tours de chant des Beatles ont été enregistrés et seules cinq chansons ont été jouées deux fois parmi les 37 chansons enregistrées.

Les Beatles refusent d'acheter les bandes

En plein cœur de la « Beatlemania » Taylor tente de vendre les bandes des Beatles à leur impresario, Brian Epstein, mais celui-ci ne lui offrit que 20 livres sterling. En 1973, il contacte, à tour de rôle, Allan Williams (le premier manager du groupe), George Harrison et Ringo Starr mais ceux-ci refusent d'acheter les bandes. Paul Murphy, dirigeant de Buk Records (label associé à Polydor, ayant existé de 1974 à 1977), les achète en 1974 pour la somme de 5 ' 000 livres sterling. Après avoir investi plus de 100 ' 000 dollars US pour restaurer les bandes, il les publie sur les étiquettes Lingasong (en Angleterre et en Amérique du Nord) et Bellaphon (en Allemagne) en avril 1977 (à peine un mois avant la mise sur le marché de l'album « live » officiel The Beatles at the Hollywood Bowl). Sur l'édition américaine, pour des raisons de droits d'auteurs, quatre titres, dont les deux écrits par Lennon et McCartney, ont été remplacées, ce qui fait que celle-ci ne contient que des reprises.

Malgré un intérêt historique non négligeable, la qualité du son de ces enregistrements est très mauvaise. Grâce à la technologie développée depuis la fin des années 2000, certains labels spécialisés dans l'édition du bootleg ont pu améliorer « sensiblement » la qualité audio. Depuis 1998, les Beatles ont pris le contrôle des droits légaux de ces enregistrements et ont empêché toutes commercialisations subséquentes des bandes qu'ils jugent médiocres. Des versions studio ou en spectacle de la plupart de ces chansons existent sur d'autres disques (Anthology 1, Live at the BBC, etc.), mais cette collection contient tout de même dix morceaux inédits. |  |

Mise aux enchères en 2015

Depuis 1er avril 2015, un ensemble de bandes maîtresses sont mises aux enchères par Larry Grossberg, le propriétaire actuel et ancien agent d'Andy Warhol et de Muhammad Ali. L'offre de départ est de 40 ' 000 livres sterling pour une valeur estimée entre 100 ' 000 et 150 ' 000 livres sterling. L’hôtel de ventes s’attend à ce que les enregistrements originaux atteignent plus d’un million de livres sterling. « J’ai 74 ans, il est temps pour moi de les revendre », a expliqué Grossberg, « Je n’ai pas envie que ma famille dilapide et liquide toutes mes affaires quand je serai parti. » « Quand ils ont fait ces concerts à Hambourg, c’était presque un spectacle d’humoriste», explique Ted Owen, le commissaire-priseur, « Vous aviez John Lennon qui monte sur scène avec une lunette de toilette sur la tête, en imitant Hitler. Ils devaient amuser les gens parce que le Star-Club était un club de striptease au départ ! » |  |

Information