Swiss Beatles Fan Club

8 mai 2015


Selon une étude scientifique britannique,
les Beatles n'auraient pas révolutionné la musique !

Il est partout admis que les Beatles ont révolutionné la musique pop dans les années 1960 et cela n'a jamais été remis en question. C'est chose faite aujourd'hui avec une étude iconoclaste d'un groupe d'universitaires de Londres qui suggère que leur influence musicale a été surestimée et que le groupe n'aurait fait que suivre des tendances musicales déjà existantes.

Selon le quotidien britannique The Guardian, les auteurs de l'étude avancent qu'il faut relativiser l'impact de la « British Invasion » sur les hit-parades américains. Le 13 janvier 1964, I Want to Hold Your Hand des Beatles sort aux Etats-Unis. Début février la chanson est numéro 1. Les « Fab Four » arrivent à New York le 7 février. Quelques jours plus tard, ils interprètent cinq chansons dans l'émission The Ed Sullivan Show. Le record d'audience de l'émission télévisée explose : plus de 73 millions de spectateurs américains la regardent en direct. Le classement du Billboard Hot 100 du 31 mars 1964 aux Etats-Unis fait apparaître cinq titres des Beatles aux cinq premières places : la « beatlemania » qui avait débuté au Royaume-Uni se propage de l'autre côté de l'Atlantique, et dans le monde entier. Les Beatles sont rapidement suivis sur le sol américain par les Rolling Stones, les Kinks et les Who. Le groupe de Liverpool restera un abonné aux premières places des charts américains jusqu'à la fin de leur carrière. « La musique n'a plus jamais été la même depuis lors » affirme la RIAA (Recording Industry Association of America). Les Beatles détiennent d'ailleurs toujours, aujourd'hui, un record absolu avec plus de 209 millions d'albums vendus aux USA (RIAA-29.07.2010).

The Guardian explique que les chercheurs de l'Université Queen Mary et de l'Imperial College de Londres ont analysé les tendances musicales figurant en tête des ventes entre les années 1960 et 2010, en se basant sur 30 secondes de 17 ' 000 chansons qui apparaissent dans le Billboard Hot 100 américain. « Pour la première fois, nous pouvons mesurer les ventes musicales sur une large échelle, explique Matthias Mauch, l’un des auteurs de l’étude. Nous pouvons aller plus loin que ce que les experts en musique nous disent, en regardant directement dans les chansons, en mesurant leur composition et en comprenant comment elles ont évolué. »

Selon les conclusions de l’étude, le raz-de-marée de la pop britannique du début des années 1960 a certes fait évoluer la musique, mais n’a pas provoqué de chamboulement dans les charts américains, car leur style musical existait déjà à l’époque, les Beach Boys par exemple, caracolaient déjà en haut des charts avec Surfin ' USA. A l’inverse, « l’émergence du hip-hop, qui est arrivé dans les charts en 1991, a réinventé le paysage musical comme jamais auparavant », note The Guardian.

Le hip-hop a eu plus d'impact sur la musique que les Beatles

« Cette révolution est la plus importante, explique le docteur Mauch à la BBC. C’était tellement proéminent dans nos analyses, parce que nous avons regardé les harmonies, et le rap et le hip-hop n’en utilisent pas beaucoup. L’accent est mis sur la voix et le rythme. C’était une vraie révolution : tout d’un coup, c’était possible d’avoir une chanson pop sans harmonie.»

Newsweek explique que l’on peut également voir quand sont nés et « morts » certains genres dans la culture populaire. Ainsi, le jazz populaire a perdu 75 % de visibilité en 50 ans, et l’année 1986 signe l’arrivée des boîtes à rythmes et des sampleurs, sans pour autant provoquer l’homogénéisation de la musique, que les chercheurs considèrent comme un simple mythe.

Les résultats de cette étude sont loin de convaincre tout le monde. Mike Brocken, maître de conférences à la Liverpool Hope University est sceptique : Selon lui, « la musique populaire ne peut pas être mesurée de cette façon », il faut aussi prendre en compte d'autres facteurs déterminants comme « la réception, l’économie politique, et les sous-cultures ». Et d'ajouter : « Je ne pense pas que cette sorte d'analyse musicale formaliste serve à quoi que ce soit. Les Beatles ont apporté beaucoup de choses aux gens. Que ce soit par le biais d'un accord en La majeur ou en La mineur, cela ne fait aucune différence ». |  |

La nuit qui a changé l'Amérique > Tomorrow Never Knows > Les Beatles en version hip-hop