Swiss Beatles Fan Club

11 août 2015


John Lennon ressurgit du passé grâce à une vidéo inédite
des sessions d'enregistrement de l'album Double Fantasy

Longtemps espérées comme un Saint Graal par les fans des Beatles, les premières images vidéo « officieuses » des sessions d'enregistrement de l'album Double Fantasy ont été publiées, le lundi 10 août, par le label Revolver Records & Video. Même si des photographies avaient paru sur la Toile en 2014, merci à ces responsables de nous offrir un vrai moment de bonheur, mais aussi de tristesse... A l'approche de la 35e commémoration de la disparition de John Lennon et de son dernier album édité de son vivant, il serait positif de la part de Yoko Ono d'offrir aux fans l'intégralité de ces images d'histoire. Même si personne ne pourra effacer les séquelles du 8 décembre 1980, le temps est venu de partages les choses positives. 

Le 19 août 1980, Jay Dubin a filmé dans les studios de la Hit Factory à New York, des vidéos musicales de John Lennon et Yoko Ono dans l'intention de produire des clips promotionnels pour la future parution de Double Fantasy. Les sessions d'enregistrement des chansons I'm Losing You et I'm Moving You ont été filmées à l'aide de deux caméras pour une durée d'environ 20 minutes. Seul le film brut existe. Selon les informations du site WogBlog, la piste audio utilisée par Revolver Records & Video n'est pas appropriée avec les images employées. Enfin, il est à noter que la séquence I'm Losing You est complétée par le clip officiel de 1998 avec la participation de Rick Nielsen, Bun E. Carlos et Tony Levin qui ont participé aux premières sessions de ce titre.  

Histoire

John Lennon et Yoko Ono, réunis en 1975 après une parenthèse de plus d'un an, parviennent enfin à avoir un enfant ensemble. Lorsque nait Sean, ses parents décident de se retirer de la l'industrie de la musique pour mieux pouvoir s'occuper de leur fils. Tandis que son épouse gère les affaires du couple, Lennon se consacre à son fils. Il ne se coupe pas totalement du monde pour autant, contrairement à ce qui se raconte par la suite, et continue de voyager, écrire et dessiner. Il dispose également de tout un matériel sonore et travaille sur de multiples cassettes à essayer de nouvelles chansons.

La genèse de I’m Losing You remonte à 1978 avec une première version sous le nom de Stranger’s Room. Cette chanson évolua l’année suivante comme le confirme certains enregistrements. C’est en juin 1980 pendant ses vacances aux Bermudes que la forme définitive fut trouvée : « J’essayais de téléphoner à Yoko mais je n’arrivais pas à la joindre car c’était constamment occupé. Pouvez-vous imaginer ça ? Je devenais fou vous savez et c’est sous la chaleur de cette passion que j’ai écrit cette chanson. » Dans la seconde moitié de 1979, Lennon envisagea son retour professionnel dans la musique et la décision fut prise au printemps 1980.

Conversation entre un homme et une femme

Le travail commença le 6 août 1980 aux studios de la Hit Factory, sur West 48th Street de New York. Il fut clairement indiqué au producteur Jack Douglas, qui avait travaillé comme assistant sur Imagine, que Double Fantasy était autant un album de Yoko que de John et que les chansons que la première avait écrites simultanément à New York devraient alterner avec celles de son mari plutôt que d’être reléguées sur l’autre face où elles risqueraient d’être négligées. Lennon qualifiait le projet de « conversation entre un homme et une femme », un « jeu de cœur » (Heart Play), comme le sous-titre de l’album. C’est ce qu’il devint effectivement, même s’ils ne chantèrent pas une seule fois en duo et enregistrèrent même leurs chansons respectives à des moments différents de la journée. L’anxieux et chargé de fatalisme I’m Losing You (Je suis en train de te perdre) se fondait en une deuxième partie écrite par Yoko et intitulée I’m Moving You (Je vais de l’avant). Les deux chansons croiseront la route du groupe américain Cheap Trick...

Six jours après le début des sessions de Double Fantasy, Jack Douglas a l’idée de faire venir en studio Rick Nielsen et Bun E. Carlos, deux musiciens de Cheap Trick, groupe américain à la croisée des chemins punk, de la pop et du hard rock, fan du Plastic Ono Band et considéré également comme ayant une très grande influence Beatles. Le producteur veut donner à l’album un côté contemporain. Par une étrange coïncidence, le groupe enregistrait à cette période dans les studios AIR de George Martin à Monserrat. La participation du guitariste Nielsen et du batteur Carlos va permettre de reconstituer le son électrifié et brutal que l’on retrouvait au début des années 70 lors de la période du Plastic Ono Band.

La prise de la chanson I'm Losing You débute avec tous les musiciens réunis. La guitare de Nielsen lorgne sans gêne du côté du riff de Cold Turkey, tandis que s'ajoute la basse de Tony Levin qui ondule infailliblement avec le rythme, le tout accompagné aux claviers par George Small. Une partie supplémentaire de guitare du musicien de Cheap Trick est rajoutée après l'enregistrement. Comme le déclara plus tard Bun E. Carlos : « John était comme Chuck Berry, il était le parfait joueur de guitare rythmique. » Rick Nielsen reçut les louanges de l'ancien membre des Beatles pour son travail, se remémorant ce qui fut réalisé, selon lui, avec difficulté par Eric Clapton sur l'enregistrement de Cold Turkey en 1969. Il ajoute même qu'il aurait bien aimé que le guitariste de Cheap Trick fasse partie de ce morceau. Quant à Yoko Ono, l'interprétation de I'm Moving You se résumera à son jugement dernier...


Trop « rock » pour Yoko Ono

Malgré la satisfaction de John Lennon, l’expérience Cheap Trick s’arrêta à la demande de Yoko Ono qui jugea le rendu musical « trop rock ». Si diverses suppositions ont été émises pour expliquer cette rupture, on peut considérer qu'en ce début des années 80, Yoko Ono se projetait résolument dans la modernité de la tendance musicale du moment, dans l'espoir d'un réel succès et reconnaissance. Un retour en force d'un John Lennon et de surcroît ex-Beatle au sommet du rock médiatique pouvait, d'une certaine manière, être préjudiciable aux espoirs de sa compagne... Si au final les sept chansons pop de Lennon se plient à l'exercice sentimental, le son et les textes des sept titres new wave de sa partenaire détonnent et rompent l'unité des compositions de Lennon. L’esprit de Double Fantasy, c’était Matisse plutôt que Picasso, apaisant et rassurant plutôt que stimulant et déstabilisant comme les anciens albums de John et Yoko.

Le titre I'm Losing You paru dans sa version définitive, le 17 novembre 1980, verra la participation des musiciens suivants : John Lennon : chant, guitare électrique - Earl Slick et Hugh McCracken : guitares électriques - Tony Levin : guitare basse - George Petit : claviers - Andy Newmark : batterie - Arthur Jenkins : percussions. Il fallut deux séances d'enregistrement et la version de Cheap Trick dans les écouteurs des musiciens pour aider à inspirer leurs performances... Celle du groupe américain fut éditée en 1998 sur l'album posthume John Lennon Anthology, sans l'overdub du guitariste Rick Nielsen. Cette chanson a décidément une grande histoire ! |  |

Site WogBlog > Double Fantaisy Mystery Page > Guitare Sardonyx
John Lennon joue sur une guitare Sardonyx.