Swiss Beatles Fan Club

15 octobre 2015


Yoko Ono s'exprime sur la bisexualité et l'assassinat de John Lennon

Depuis sa mort tragique le 8 décembre 1980 à New-York, John Lennon est définitivement rentré dans la légende. Une légende alimentée de nombreux fantasmes et mystères qui entourent encore et toujours l'ancien membres des Beatles. Yoko Ono, la veuve de Lennon a répondu cette semaine aux questions du site américain The Daily Beast.

Les rumeurs de bisexualité de John Lennon

L'artiste japonaise de 82 ans a mis fin aux rumeurs impliquant John Lennon dans une relation homosexuelle. Yoko Ono parle plutôt de bisexualité, et indique que l'interprète d'Imagine « éprouvait du désir », mais n'avait jamais eu de relations avec un homme. La femme du défunt musicien fait référence au manager des Beatles, Brian Epstein, avec qui John Lennon aurait eu, selon certains dires, une aventure lors de vacances en Espagne en avril 1963, alors que Cynthia Powell, l'épouse de John Lennon de l'époque, était enceinte de Julian, le premier enfant du chanteur. Yoko Ono confie que Lennon lui aurait d'ailleurs confié : « (Avec Epstein) c'était presque une histoire d'amour, mais ça n'a jamais été consommé. Mais c'était une relation très intense ». Elle ajoute : « John et moi avions eu une grande discussion sur le sujet et nous avions déterminé que tout le monde devait être bisexuel. Que c’est la société qui fait qu’on pense ne pas l’être. Nous cachons donc ce côté de nous qui est moins accepté ».

Hantée par la mort de John Lennon

La date du 8 décembre 1980 hante encore Yoko Ono, qui depuis l'assassinat de John Lennon par Mark Chapman à New-York, a toujours peur pour sa vie. Presque 35 ans après les événements, elle avoue craindre que Chapman soit un jour libéré sur parole (le tueur de 60 ans serait libérable depuis 2000, mais la justice refuse pour le moment de le libérer). Yoko Ono raconte dans l'interview, quelle engage encore du personnel de sécurité à son domicile new-yorkais et lorsqu'elle sort en public : « Que j'aille dehors ou que je sois chez moi, je reste très, très prudente ». Elle ajoute également : « C’est très difficile pour moi de ne pas penser à Chapman, car il ne semble pas vouloir se repentir de son geste ». Bien qu’il ait obtenu une peine de prison à perpétuité, sa liberté conditionnelle est envisageable depuis 2000. Il se l’est vu refusée à huit reprises jusqu’à maintenant. Sa nouvelle demande est déjà programmée pour août 2016, selon les autorités pénitentiaires. ||
Brian Epstein et John Lennon, 1966.