Swiss Beatles Fan Club

20 janvier 2016


Les anciens albums se sont mieux vendus aux États-Unis en 2015
que les dernières nouveautés


L'année 2015 est à marquer d'une pierre blanche dans le monde de l'industrie du disque aux États-Unis puisqu'elle est la première année au cours de laquelle les ventes d'albums des « back catalogues » ont dépassé les ventes de nouveautés. C'est l'éternel institut Nielsen Soundscan qui nous révèle cela dans son rapport annuel à consulter ci-dessous en cliquant le lien « Information ».

Aux États-Unis, est considéré comme faisant partie du « catalogue » d'un label tout disque donc la sortie est supérieure à dix-huit mois. En tout, ce sont donc 71,2 millions de disques de catalogues qui se sont écoulés en 2015, contre « seulement » 65,8 millions pour les nouveautés. Histoire de recontextualiser un peu, il y a dix ans de cela, les ventes des nouveaux disques et vinyles « hors-catalogue » s'élevaient à 150 millions de copies ; soit une diminution de plus de la moitié, de nos jours. Cela va de pair avec le fait que les rééditions envahissent le marché pour le plus grand plaisir des fans qui rachètent bien volontiers une nouvelle copie d'un album qu'ils aiment ; surtout que lesdites rééditions sont évidemment remastérisées et comportent des pistes bonus ou des remixes inédits, pour la plupart.

Par ailleurs, nous vous apprenions également qu'outre les albums d'Adele, Taylor Swift ou encore Sufjan Stevens, trois des dix vinyles les plus vendus aux États-Unis en 2015 étaient des galettes originellement sorties il y a plus de quarante ans : The Dark Side of the Moon de Pink Floyd, sorti en 1973 et écoulé à 50 000 exemplaires, Kind of Blue de Miles Davis, sorti en 1959 et écoulé à 49 000 exemplaires et Abbey Road des Beatles, sorti en 1969 et vendu à 49 800 exemplaires. On pourra également mettre ce nouveau record sur le dos du prix de vente d'un album de catalogue, souvent vendu moins cher qu'un disque récent.

Néanmoins, cette domination des anciens albums sur les nouveautés ne concernent que le marché des ventes physiques (CD et vinyle), puisqu'au niveau des ventes numériques, ce sont les albums récents qui dominent encore et toujours le marché. L’organisme révèle que 52,5 millions d’albums se sont vendus sur les plateformes digitales pour l’année 2015, contre 50,9 millions pour le reste. Cumulées, les ventes physiques et numériques des « back catalogues » dépassent néanmoins largement les ventes de nouveautés. ||

Information