Swiss Beatles Fan Club

22 avril 2016


Prince au paradis des génies de l'histoire de la musique


Le 14 avril dernier, à Atlanta, pour ce qui devait être l'ultime concert de sa longue carrière, il avait chanté, en rappel, Heroes, le célèbre morceau de David Bowie, décédé le 10 janvier dernier. C'est après cette prestation que l'avion privé qui le ramenait à son domicile avait dû atterrir dans l'Illinois pour une hospitalisation d'urgence. Son entourage avait alors évoqué que le Kid de Minneapolis souffrait d'une simple grippe. Très amaigri ces derniers temps, il avait annoncé s'atteler à la rédaction de ses Mémoires, ce qui ne manqua pas d'étonner ses admirateurs, qui connaissaient son goût immodéré pour le secret.

Prince, 57 ans, a été retrouvé mort, jeudi 22 avril, dans l'ascenseur des studios d'enregistrement de son domicile de Chanhassen, au sud-ouest de Minneapolis, de causes inconnues. C'est là-bas qu'il avait fait construire le complexe de Paisley Park, abritant studios d'enregistrement, locaux de répétition et bureaux, en 1988, au sommet de sa popularité. Dix ans après la sortie de son premier album, For You, sur lequel il jouait tous les instruments, Prince trônait alors au firmament des musiciens les plus acclamés. Dans les années 1960, la question qui brûlait les lèvres des amateurs de rock était : « Êtes-vous Beatles ou Rolling Stones ? » Vingt ans plus tard, leurs enfants opposaient Prince à Michael Jackson avec la même fougue.

S'il n'a jamais atteint les sommets de ventes de Michael Jackson, il laisse une empreinte considérable sur la musique populaire d'aujourd'hui. Chacune de ses sorties était un événement majeur : Around the World in a Day trahit sa fascination pour les Beatles, Paradeest la bande-son d'un autre nanar, Under the Cherry Moon, tourné sur la Côte d'Azur en France, mais c'est le double album Sign o' the Times, paru en 1987, qui tient le rang de chef-d'œuvre dans sa discographie. Malgré l'audace de Lovesexy et le succès de la B.O. du Batman de Tim Burton, Prince entame une baisse de régime qui s'amplifiera au cours de ces dernière années. Compositeur de tubes pour lui (Purple Rain, Raspberry Beret, Kiss, Sign o' the Times, Cream, Sexy Motherfucker…) comme pour les autres (Manic Monday pour les Bangles, Nothing Compares to You), chef d'orchestre, virtuose de la guitare, il était un des musiciens les plus impressionnants d'une décennie qui engendra peu de génies de son calibre. Il laisse l'image d'un homme dévoré par son art. Miles Davis, qui l'admirait beaucoup, l'avait défini comme « un mélange entre Duke Ellington, Marvin Gaye, Jimi Hendrix, Sly Stone et Little Richard ».

Paul McCartney fan de Prince

Paul McCartney a publié un single en 2013, New, album du même nom sorti la même année. L'ex-Beatle en interview sur la station américaine The Current, basée à Minneapolis, la ville de Prince, avait donc profité pour glisser quelques mots au sujet d'une possible collaboration : « J'ai pensé à ça, mais l'opportunité ne s'est jamais présentée. On est amis. Il a failli venir à un de mes concerts, mais il a dû se décommander à la dernière minute. Je suis un grand fan de Prince. J'adore plus particulièrement son jeu de guitare. Je l'ai vu plusieurs fois en concert. Ça ne rigole pas question guitare. Prince, si tu m'écoutes, allons-y, faisons quelque chose ensemble ! ». Suite à la disparition du « Kid de Minneapolis », McCartney a déclaré sur son compte Twitter : « Fier d'avoir passé le Nouvel An avec lui. Il semblait aller bien et a interprété avec brio sa musique funk ».

Un géant du Montreux Jazz Festival

Le directeur du Montreux Jazz Festival, Mathieu Jaton, s'est dit « dévasté » par la nouvelle du décès du génial guitariste et chanteur. En 2007, le musicien a donné son premier concert sur les bords du lac Léman, où il a annoncé les 21 concerts qu'il allait ensuite jouer au O2 à Londres. Plus tard dans la nuit, Prince avait fait vibrer les noctambules dans une jam « mythique » au Montreux Jazz Café pendant près de 45 minutes vers une heure du matin. « C'est le musicien le plus libre que je connaisse... Je parle de lui encore au présent. C'est lui qui a décidé de venir à Montreux », a poursuivi M. Jaton, qui a succédé à Claude Nobs. Ce dernier, qui travaillait à la Warner (le groupe d'édition Warner Music, ndlr.), a vu Prince débuter et a attendu longtemps sa venue ».

Deux ans plus ans, Prince est revenu donner deux concerts le même soir à la salle Stravinsky, en remplaçant au pied levé Donna Summer. Tous ses concerts se sont déroulés dans la salle principale du Festival, qui peut accueillir 4000 personnes. En 2013 enfin, le musicien, né sous le nom de Prince Nelson, a fait vibrer les festivaliers pendant trois soirs. Il s'est ensuite produit dans une after qu'il a annoncée le soir même, avec notamment Larry Graham. Prince est venu à plusieurs reprises en Suisse. Il s'est produit pas loin d'une dizaine de fois à Zurich, une fois à Lausanne à la Pontaise, ainsi qu'à Bâle et à Aarau. |  |

While My Guitar Gently Weeps

Le solo de guitare à la fin de While My Guitar Gently Weeps pourrait être l’un des moments le plus forts dans l’histoire des cérémonies d’ouverture du Rock and Roll Hall of Fame. En effet, George Harrison et Prince étaient intronisés en 2004 dans le célèbre temple de la musique, à Cleveland aux États-Unis. Cette prestation musicale n'aurait pourtant pu ne pas avoir lieu : Olivia, la veuve de George Harrison, voulait voir ce titre composé en 1968 par son mari pour le White Album des Beatles, interprété uniquement avec des proches du défunt. Prince confiera plus tard n’avoir jamais entendu la chanson avant qu’elle ne lui soit envoyée pour préparer cette performance. Les organisateurs ont persuadé Olivia de laisser Prince participer à cet hommage. Pour le natif de Minneapolis, l’attraction initiale était la chance de partager la scène avec Tom Petty. « Ce fut un honneur de jouer avec lui. Free Fallin est l’une de mes chansons préférées. »

La joie sur le visage de Dhani Harrison, le fils de George, était lisible au moment où Prince a rejoint le centre de la scène pour livrer deux minutes de solo d'anthologie à la guitare. « Je veux être ami avec lui », a confié Dhani en coulisses. « Nous faisons la même taille. » « Ils ont répété un certain nombre de fois, et chaque fois la puissance de la performance à venir était plus palpable », confie Paul Shaffer, qui a dirigé le groupe ce soir-là. « Mais Prince s’était réservé pour son passage. Il a vraiment montré ce soir-là quel grand guitariste il était. Il a juste été magistral ce soir là ! » |  |

Biographie Mémorial