Swiss Beatles Fan Club

4 novembre 2016


Du petit chien aux insectes, l'origine du mot « Beatles »


John Lennon et Paul McCartney se sont rencontrés le 6 juillet 1957 à l'occasion d'une fête paroissiale. Nul ne pouvant présager de l'importance de l'instant, aucune photo ne fut prise des deux protagonistes. Avant ce moment historique, Lennon avait déjà démonté son premier groupe, les Black Jacks, et remonté un deuxième avec des étudiants de la Quarry Bank High School. Les jeunes gens se faisaient appeler les Quarry Men Skiffle Group, nom bientôt raccourci en Quarrymen ou parfois écrit Quarry Men. Mais dès lors qu'un petit nouveau, Paul McCartney en l'occurrence, se joint à eux, le nom même du groupe est sur la sellette. L'arrivée d'un certain Stuart Sutcliffe en marque la fin.

Beetle ou beagle ?


Les quatre membres (John Lennon, Paul McCartney, George Harrison et Stuart Sutcliffe), après des répétitions au domicile de Paul, jouent quelques jours sous le nom de Johnny and the Moondogs, puis de Beatals, puis encore de Silver Beats, Silver Beetles et enfin Silver Beatles. On a beaucoup parlé, beaucoup écrit quant au mot « Beatles » : le jeu de mot évident sur « Beat », qui désigne le tempo... L'allusion au « Beetle » (scarabée) : fans de Buddy Holly, les jeunes de Liverpool auraient choisi « scarabée » car le groupe qui accompagnait Buddy s'appelait the Crickets... En revanche, on n'a jamais parlé du beagle qui est un petit chien fort commun en Grande-Bretagne.

L'influence de Buddy Holly


John et Paul (mais aussi quiconque de bon goût !) apprécient Buddy Holly. En tant que leaders, on peut en déduire que ce sont eux qui ont décidé de rendre hommage à leur idole. Mais lequel des deux ? En l'absence de certitude, il semble logique de pencher pour John : il vouait une incommensurable reconnaissance à Buddy, le premier rocker à avoir eu le courage de porter des lunettes, malgré son statut de vedette. John avait longtemps dissimulé qu'il portait cet attribut considéré comme disgracieux (en 1966, sur la pochette du 33 tours Revolver, il en est certes affublé, mais c'est au verso, et le cliché, en noir et blanc, manque de netteté. En outre les trois autres Beatles portent, eux aussi, des lunettes). La même année, il tourne avec des lunettes et les cheveux ras dans le film How I Won the War de Richard Lester, le même réalisateur pour A Hard Day's Night (1964) et Help ! (1965). Sa première pochette de disque, en tant que Beatle qui assume sa myopie, est celle de Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band en 1967.

Quarante-sept chansons, seulement, avaient été publiées de son vivant. Certaines d'entre elles, cependant, devaient marquer à jamais les quatre jeunes musiciens de Liverpool. Buddy était encore vivant (1958) lorsque les Quarrymen se rendirent au petit studio de Percy Francis Phillips, à Liverpool, pour enregistrer sa composition That'll Be the Day. Plus tard, devenus Beatles, ils ne cesseront de puiser dans son œuvre, sur scène et sur disque. Et ne serait-ce que le 1er janvier 1962 en choisissant Crying, Waiting, Hoping comme titre de démonstration en quête d'une maison de disque. Après la mort de John Lennon (1980), McCartney racheta les droits d'exploitation du catalogue de chansons écrites par Buddy Holly décédé sans un sou à l'âge de 22 ans. En 1987, Paul produisit le film The Real Buddy Holly Story. Cette même année est dédiée au rock 'n' roll pur et dur puisque McCartney y consacra entièrement un 33 tours.

Les logos Beatles

L'image soignée et professionnelle du groupe passe aussi par la création d'un logo rapidement reconnaissable. Inspiré par une esquisse de Paul McCartney en 1962, un premier logo des Beatles avec antennes d'insecte sur un « B » stylisé fut dessiné par Terry « Tex » O'Hara et momentanément utilisé sur la grosse caisse de la batterie de Ringo et pour la page d'introduction de The Beatles Book, le journal mensuel du fan club officiel, tout le long de son existence (1963-1972). Le logo du « scarabée » figure également sur plusieurs albums et singles de la discographie française. En avril 1963, à l'achat de la nouvelle batterie Ludwig, Ivor Arbiter, le propriétaire de la boutique Drum City de Londres, à l'insistance de Brian Epstein, dessina le logo bien connu avec le gros « B » et le « T » abaissé pour mettre en évidence le mot « Beat » (rythme). Les Beatles apparaissent pour la première fois avec leur nouveau logo, le 12 mai 1963, à Birmingham, dans le cadre de l’émission de télévision Thank Your Lucky Stars.
||

Un beagle, chien originaire d'Angleterre.
Le groupe américain The Crickets formé par Buddy Holly.
Premier logo Beatles dessiné par Terry O'Hara.
Logo officiel The Beatles crée par Ivor Arbiter.