Swiss Beatles Fan Club

18 novembre 2016


Ringo Starr : Goodnight Vienna


Parmi les carrières solo des ex-Beatles, celle de Ringo Starr fait des quatre le moins débat. Que le plus sympathique élément du groupe ait continué de faire des disques, on peut à la fois s'en réjouir et l'ignorer. Comme son mariage (incroyablement durable) avec la sculpturale James Bond girl Barbara Bach. Des années où ces choses-là comptaient encore parce que la séparation des Fab Four était encore fraîche. Une chanson à retenir : It Don't Come Easy, paru en single en 1971. Signé Richard Starkey alias Ringo Starr, mais dont l'intéressé avouera plus tard qu'il doit un peu (beaucoup ?) à son ex-collègue George Harrison. Difficile de le cacher : ça s'entend. Un petit air de My Sweet Lord, l'arrangement de cuivres… Harrison est crédité à la production et à la guitare. Klaus Voormann (basse) et Stephen Stills (piano) sont aussi de la partie. Deux Badfinger (Pete Ham et Tom Evans) sont aux chœurs. C'est encore presque un morceau des Beatles, il n'aurait pas forcément déparé sur le White Album ou Abbey Road.

Trois ans après, Ringo pose sur la pochette de l'album Goodnight Vienna. À l'époque, on n'échappait pas au morceau-titre en écoutant la radio. Comme chaque disque de l'ex-Beatle, nombre de ses amis ont participé à l'écriture ou l'enregistrement. Cette fois-ci, le coup de main vient de John Lennon avec le titre Goodnight Vienna, un bon vieux boogie comme il savait les faire sur commande. La présence du dipsomane notoire Harry Nilsson donne un indice sur le carburant principal. Billy Preston et Jim Kelner sont également de la partie. Goodnight Vienna est le quatrième album studio de Ringo Starr, paru le 18 novembre 1974. Sa couverture ne le fit pas passer inaperçu, recréant en couleurs autour de Ringo une scène du film-culte (noir et blanc) de science-fiction Le Jour où la Terre s'arrêta. Bien qu'il ait eu un succès moindre que l'opus précédent, il est tout de même un des albums de Starr les plus appréciés par le public. On y découvre aussi une reprise des Platters, Only You. On retrouve d'ailleurs une version de cette chanson sur l'album posthume Wonsaponatime (1998) de Lennon, qui était comme une démo qui fut ensuite offerte à Starr.
||

Boutique

Clip promotionnel avec les voix de John Lennon et Ringo Starr.