Swiss Beatles Fan Club: L'histoire de Jimmy Nicol, batteur des Beatles, adaptée au cinéma ?

20 février 2017

L'histoire de Jimmy Nicol, batteur des Beatles, adaptée au cinéma<span class= "fine"> </span>?

L'histoire de Jimmy Nicol, batteur des Beatles, adaptée au cinéma ?

« L’histoire de Jimmy Nicol et sa rencontre avec les Beatles au début de la Beatlemania a tout du bon scénario de film », a déclaré Alex Orbison au magazine Billboard après avoir acheté les droits du livre de Jim Berkenstadt, The Beatle Who Vanished, publié en 2013. Jimmy Nicol, né le 3 août 1939, occupe une place particulière parmi les musiciens qui ont entouré les Beatles, puisqu'il est le seul à être monté sur scène avec eux durant la Beatlemania. La batteur éphémère a également eu un léger impact sur l’œuvre des Beatles. C'est en effet une phrase qu'il répétait sans cesse durant la tournée de 1964, qui a inspiré à Paul McCartney la chanson Getting Better, parue en 1967 sur l'album Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band. Le père d’Alex, le célèbre chanteur américain Roy Orbison, a aussi côtoyé les Beatles, puisqu'il figurait en tête d'affiche avec notamment le groupe de Liverpool pour une série de concerts en 1963 au Royaume-Uni. En 1988, année de son décès, « The Big O » avait rejoint George Harrison dans le supergroupe des Traveling Wilburys.

La veille du départ des Beatles pour une tournée en Europe, Australie et Nouvelle-Zélande, Ringo Starr a du être hospitalisé en urgence le 3 juin 1964 à cause d’une amygdalite. N’étant pas en mesure de décaler leur tour de chant, les Fab Four ont suivi les conseils de leur producteur George Martin et engagé Jimmy Nicol, alors âgé de 24 ans. Il avait précédemment enregistré un album de reprises des Beatles et connaissait donc quasiment toutes leurs chansons, rapporte le site The Beatles Bible. Nicol n’est resté que treize jours dans le groupe. Il a participé à 10 concerts et est apparu une fois à la télévision avant que Ringo Starr ne reprenne sa place. Brian Epstein, le manager des quatre garçons dans le vent, a remis un chèque d’une valeur de 500 livres, une montre sur laquelle était inscrite « De la part des Beatles et de Brian Epstein, pour Jimmy – avec toute notre gratitude » et l’a reconduit à l’aéroport.

« Le fait que Jimmy Nicol a pu voir l’envers du décor et donner des interviews avec les Beatles, avant d’être remis dans un avion direction l’Angleterre m’a toujours fasciné » a également déclaré Alex Orbison, lui-même musicien mais aussi réalisateur et producteur. La seconde partie de l’histoire est un véritable mystère. Un temps « cinquième Beatle », le batteur a par la suite poursuivi sa carrière musicale, mais n’a jamais atteint le succès des Beatles. En 1967, il a déménagé au Mexique et s’est éloigné du show-business. En 2005, le Daily Mail a rapporté qu'il vivait en reclus, à Londres. On suppose qu'il en est toujours ainsi.
||

Biographie


Les Beatles avec Jimmy Nicol, Blokker Festival (Pays-Bas), 6 juin 1964.