Swiss Beatles Fan Club

19 mars 2017


Chuck Berry, pionnier du rock'n'roll, a rejoint le paradis


La musique pleure Chuck Berry, l'un des pionniers du rock'n'roll disparu ce samedi 18 mars. Son décès a été prononcé à 13 h 26 locales (18 h 26 GMT), les causes n’ont pas été indiquées. Sa famille a demandé à ce que l'on respecte son intimité pendant le deuil. Chuck Berry a influencé l’essentiel du rock, des Beatles aux Rolling Stones en passant par les Beach Boys, Elvis ou Eric Clapton. En février 1972, lors d’une émission de télévision, John Lennon (1940-1980), avait été affirmatif : « Si vous cherchez un autre nom à donner au rock’n’roll, vous devez l’appeler Chuck Berry. » L'ex-Beatle qualifiera aussi l'un des pères fondateurs du rock’n’roll du « plus grand poète du rock ». Même si les concurrents les plus directs du regretté musicien, lors de l’âge d’or du genre, dans les années 1950, les pianistes et chanteurs Jerry Lee Lewis et Little Richard, les guitaristes et chanteurs Bo Diddley (1928-2008), Buddy Holly (1936-1959) et Eddie Cochran (1938-1960) ou Elvis Presley (1935-1977) se sont vus aussi, en diverses occasions, décernés ce titre honorifique de créateur du style musical émergé aux États-Unis. Et si le guitariste, chanteur et auteur-compositeur américain, mort à son domicile américain de Saint-Charles (Missouri), à l’âge de 90 ans, pouvait leur reconnaître du talent, c’était aussitôt pour déclarer qu’il était, lui, Charles Edward Anderson Berry, « meilleur interprète, meilleur instrumentiste, meilleur chanteur et meilleur homme de scène ». Après avoir révolutionné la musique, il laisse à la postérité une œuvre immense dans l'histoire des classiques du rock.

Une œuvre musicale majeure

À la fin des années 50, son succès est gigantesque, ses chansons sont partout et il parvient, avec des thèmes simples et universels exaltant les préoccupations des adolescents - la fête, le flirt, les voitures, l'école - à devenir le héros d'une jeunesse blanche fascinée par le rock. Maybellene et Thirty Days en 1955 ; Roll Over Beethoven, Too Much Monkey Business et You Can’t Catch Me en 1956 ; School Days et Rock and Roll Music en 1957. En 1958, année particulièrement féconde, ce sera Sweet Little Sixteen, le fameux Johnny B. Goode, probablement son hymne rock’n roll le plus célèbre, Around and Around, Beautiful Delilah, Carol, Sweet Little Rock’n’Roller. Ajoutons Little Queenie, Back in the USA et Memphis Tennessee en 1959, Let It Rock et Bye Bye Johnny, en 1960. Derniers sursauts et non des moindres, Nadine, No Particular Place to Go, You Never Can Tell – que la séquence de danse d’Uma Thurman et John Travolta, dans Pulp Fiction (1994) de Quentin Tarentino, remet à la mode – et Promised Land en 1964.

Sa carrière freinée par une condamnation en 1961 et un séjour de deux ans en prison, il entame ensuite une traversée du désert, tandis que ses standards commencent à être repris par des groupes européens, marqués par la nouveauté et la liberté d'expression de sa musique. Chuck Berry ne renoue avec le succès qu'au début des années 70, avec My Ding-a-Ling (1972), qui le replace au sommet des hits parades. Il multiplie alors les tournées, monnayant très cher ses apparitions. Défrayant à nouveau occasionnellement la chronique par ses démêlés avec la justice, le chanteur se retire ensuite peu à peu, continuant cependant à donner des concerts, de plus en plus espacés. Depuis 1996, il jouait régulièrement au Blueberry Hill, un restaurant et club de Saint-Louis, sa ville natale, où il vivait toujours. Surnommé « Crazy legs » pour son jeu de jambes sans égal - dont le fameux « duck walk » (pas de canard) -, Chuck Berry appartenant à une génération marquée par la ségrégation raciale et première star noire du rock, aura cependant toujours gardé une forme de rancune à l'égard des artistes blancs qui ont connu le succès en reprenant sa musique. Le jour du 18 octobre 2016 pour son 90e anniversaire, il avait créé la surprise en annonçant la sortie d'un nouvel album, son premier après Rock It (1979). Sobrement intitulé Chuck, l'opus a été enregistré dans des studios près de Saint-Louis et devait sortir dans le courant de cette année. Si Chuck Berry est peut-être monté au ciel, son légendaire « Johnny B. Goode » l'y a précédé. C'est le seul morceau de musique rock gravé sur le disque d'or emporté par les sondes Voyager I et II avec d'autres trésors de l'Humanité dans l'espoir qu'ils puissent être décryptés par des extraterrestres. Elles volent aujourd'hui toutes deux en-dehors du système solaire.

Les hommages du monde de la musique

Bruce Springsteen a exprimé son émotion : « Chuck Berry était le plus grand des rockers, guitariste et le plus grand parolier de rock'n'roll pur qui ait jamais vécu », a écrit sur Twitter le Boss, qui avait une relation étroite avec lui. Mick Jagger, la voix des Rolling Stones, a confié être « si triste d’apprendre la mort de Chuck Berry. Je veux le remercier pour toute l’inspiration musicale qu’il nous a donnée. Il a illuminé notre adolescence, et insufflé de la vie dans nos rêves de devenir musiciens. » Le chanteur des Beach Boys, Brian Wilson, s’est dit « tellement triste d’apprendre la disparition de Chuck Berry – une grande source d’inspiration ». Hommage également de Lenny Kravitz (« Gloire, Gloire à Chuck Berry. Aucun de nous ne serait là sans toi ») ou encore l'ancien batteur des Beatles, Ringo Starr : « R.I.P et paix et amour Chuck Berry, M. rock'n roll musique .» Pour le chanteur Rod Stewart, « tout a commencé avec Chuck Berry. Il nous a tous inspirés ». Des artistes appartenant à des générations plus récentes ont également tenu à prendre la parole. Le guitariste Slash a indiqué avoir « le cœur brisé » après la mort de celui qui « était, sans aucune contestation possible, le roi ». Et au-delà du rock, Chuck D. le leader du mythique groupe de rap Public Enemy a aussi salué « Crazy Legs » : « RIP roi du Rock and Roll Mr Chuck Berry .» Enfin, nous pouvons citer l'ex-Beatle Paul McCartney qui déclara un jour : « il y a qu'un seul vrai roi du rock'n'roll. Son nom est Chuck Berry. »
||

Mémorial

Chuck Berry & Julian Lennon en 1986, interprètent « Johnny B. Goode ».

John Lennon & Chuck Berry, au Mike Douglas Show (1972),
jouent « Memphis, Tennessee » et « Johnny B. Goode ».