Swiss Beatles Fan Club

2 mai 2017


Octopus’s Garden, la chanson cosmique de Ringo Starr


Il y a 48 ans, le 26 avril 1969, les Beatles débutaient l’enregistrement d’une de leurs chansons les plus enjouées, Octopus’s Garden. Le titre apparaîtra sur l'album Abbey Road sorti la même année. L'idée de la chanson est venue à Ringo Starr pendant une croisière avec sa famille lors de vacances en 1968, sur l'île de la Sardaigne. Il avait en effet, cet été là, claqué brutalement (mais temporairement) la porte des studios EMI d'Abbey Road à Londres, lassé par l'ambiance détestable qui régnait durant l'enregistrement de l'« album blanc ». Ce qu'en dit Ringo témoigne bien de l'atmosphère qui régnait lors de ces séances : « Je suis parti parce que j'éprouvais deux sentiments : celui de ne pas très bien jouer et celui que les trois autres étaient vraiment heureux, et que j'étais un étranger. Je suis allé voir John. […] Je lui ai dit : « Je quitte le groupe parce que je ne joue pas bien. Parce que j'ai l'impression de ne pas être aimé, d'être exclu. Alors que vous êtes tellement proches tous les trois ». John m'a répondu : « Je croyais que c'était vous trois qui étiez très liés ! » Je suis ensuite allé voir Paul et je lui ai dit la même chose. Paul m'a répondu : « Je croyais que c'était vous trois ! » Je n'ai pas pris la peine d'aller voir George, j'ai dit : « Je pars en vacances ». J'ai pris les gosses et je suis parti pour la Sardaigne. »

Sur l'île italienne en mer méditerranéenne, après un plat de poulpe (« octopus » en anglais), le capitaine du bateau sur lequel Ringo avait embarqué (le yacht du comédien Peter Sellers) commença à lui raconter tout ce qu'il savait de ces animaux. Ringo explique : « Il m'a raconté qu'ils parcouraient le fond des mers et ramassaient des pierres et des objets brillants pour se construire des jardins. J'ai trouvé cela fabuleux, d'autant plus qu'à l'époque, j'avais bien envie d'aller me reposer au fond de l'eau, moi aussi. J'étais parti en vacances parce que j'avais envie de m'éloigner un peu .» Le batteur des Beatles décida ainsi d'écrire une chanson sur cette histoire.


La composition est souvent perçue comme une chanson pour enfants, comme Yellow Submarine, The Continuing Story of Bungalow Bill ou All Together Now. Mais en 1969, George Harrison révéla qu'elle avait des dimensions cachées : « Octopus’s Garden est la chanson de Ringo. C’est seulement la deuxième chanson qu’il a écrit et elle est adorable. Jouer de la batterie ennuie parfois Ringo. Lorsqu’il est chez lui, il joue un peu de piano, mais il ne connait que quelques accords. Idem en ce qui concerne la guitare. C’est une très bonne chanson, à mon avis. Au premier abord, c’est une chanson pour enfants un peu simple, mais les paroles sont géniales. […] Que ce soit « resting our head on the sea bed » (« reposant notre tête sur le lit de la mer ») ou « we’ll be warm beneath the storm » (« on devrait être au chaud sous la tempête »), c’est vraiment génial. C’est comme si on se trouvait en pleine d’une tempête et que l’on accédait à un niveau de conscience plus profond où tout était très paisible. Ringo écrivait des textes cosmiques sans s’en rendre compte. » Ainsi, ces mots, [dans ce jardin sous-marin] « We would be so happy you and me, no one there to tell us what to do » (« on serait si heureux, vous et moi, personne pour nous dire ce qu'on a à faire ») se réfèrent poétiquement aux déboires d'un groupe en train de se disloquer... À noter que Ringo s'est adressé aux enfants à travers son livre Octopus's Garden en collaboration avec Ben Cort pour les illustrations et l'éditeur Simon & Schuster. La publication en langue anglaise est parue en octobre 2013. Pour plus de détails, consultez ci-dessous le lien « Information ». ||

Photo : Ringo Starr et son fils Zak en Sardaigne (1968).

Information