Swiss Beatles Fan Club

13 juillet 2017


L'arbre à souhaits de Yoko Ono fleurit à Washington


À 84 ans, la grande prêtresse de la paix, des arts et de la musique ne peut toujours pas définir la genèse de son activisme. « Mais, dit-elle, j'étais toujours connectée au monde et aux gens qui le peuplent, et l'activisme m'a habitée dès mon plus jeune âge. » Aujourd'hui, elle règne sur le haut lieu américain de la sculpture, le Hirshhorn Museum de Washington, avec trois installations participatives dédiées à la capitale fédérale. Elle complétera cette présence en septembre prochain par un concert consacré à ses œuvres musicales. L'exposition-événement invite le public à communiquer avec le monde entier en faisant fleurir son Wish Tree. Cet arbre des souhaits est un cornouiller du Japon, à la spectaculaire floraison, que la muse et femme de John Lennon avait offert au musée il y a dix ans. Toute personne qui le désire peut y accrocher un papier sur lequel est inscrit son désir le plus cher. Yoko Ono a planté 19 arbres de ce genre partout dans le monde, qui ont généré plus d'un million de réponses. Ces dernières années, plus de 80 000 messages ont été collectés à Washington puis envoyés à la Imagine Peace Tower qu'Ono a conçue et érigé en 2007, au bord de la mer de Reykjavik (Islande), en mémoire de son époux. Cette tour de lumière projette, à partir d'un socle de pierre blanche, tous les jours entre le 9 octobre et le 8 décembre de chaque année (dates anniversaires de la naissance et de la mort de Lennon), des faisceaux de néon bleu. Sur le monument est gravée la phrase « Imaginez la paix » en 24 langues différentes, en référence à la chanson Imagine, encore tellement d'actualité, qu'il avait composée en 1971. À noter qu'en juin dernier, lors d'une cérémonie honorant cette chanson, la National Music Publishers Association avait reconnu Yoko Ono en tant que coauteure de cette œuvre qui, jusque-là, était attribuée au seul Lennon, assassiné devant son immeuble new-yorkais le 8 décembre 1980.

Au nom de la mère

Ayant construit sa carrière à l'intersection de l'art et de l'activisme, cette égérie aux multiples talents conjugue la paix avec l'amour maternel qu'elle exalte dans une installation occupant un mur entier du musée Hirshhorn, intitulée My Mommy is Beautiful. Là aussi, le visiteur est invité à y déposer un souvenir, une photo ou une pensée, mais se rapportant à sa mère. La sienne était « tout son monde » et l'on sait son attachement pour son fils Sean, aujourd'hui âgé de 42 ans, qu'elle a eu avec John Lennon, après avoir perdu une fille née d'un précédent mariage. Toujours désireuse de vivre dans une harmonie globale, en particulier avec la nature, Yoko Ono a proposé à la capitale fédérale une troisième installation baptisée Sky TV for Washington, DC. Sur un écran télévisé placé à l'intérieur de la pièce, telle une fenêtre donnant sur l'extérieur, le visiteur voit défiler, en temps réel, l'image du ciel, ensoleillé, pluvieux, nuageux, etc. Cette idée est une réminiscence d'un temps où elle avait vécu dans un appartement sans fenêtres.

Enfin, cette exposition culminera avec un concert soulignant une fois de plus son rôle dans l'histoire de la musique expérimentale et avant-gardiste. Selon Mark Beasly, le curateur de l'exposition, « elle a notamment influencé les musiciens qui abordent la Noise Music en tant que paysage et le son en tant que sculpture ». Yoko Ono présentera en septembre prochain l'une de ses œuvres intitulée Pièce de Promesse où elle va briser sur scène une urne en céramique et convier les spectateurs à en collecter des éclats, dans l'espoir qu'ils se réuniront pour la recomposer. Toute une symbolique de l'unité communautaire. Beasly précise que le musée n'a pas voulu donner à l'exposition le caractère d'une rétrospective, mais celui d'un hommage à son art et à son activisme : « Certains artistes transforment la culture et, de décennie en décennie et d'année en année, ont quelque chose à dire sur le monde, et au monde. Yoko Oko en fait clairement partie. »
||

Du 17 juin au 17 septembre 2017, « Yoko Ono : Four Works for Washington and the World »,
Hirshhorn Museum and Sculpture Garden, Washington (États-Unis).


Information