Swiss Beatles Fan Club

15 novembre 2018

Stella McCartney dévoile sa première collection spéciale mariage

Stella McCartney dévoile sa première collection spéciale mariage

La styliste anglaise Stella McCartney lève le voile sur sa toute première collection mariage, consacrée aux femmes, optant pour un style à la fois épuré et contemporain. Les premières pièces ont été présentées sur le compte Instagram de la maison, ainsi que sur son site officiel. À l'origine de la seconde robe de mariée de Meghan Markle portée le 19 mai dernier, Stella McCartney se lance officiellement sur le créneau des robes et tenues de mariage. Une première collection de dix-sept pièces a été dévoilée, avec un accent porté sur des créations épurées, élégantes, en totale adéquation avec les cérémonies modernes. À propos de cette collection mariage, la créatrice déclare : « C’est quelque chose qui me passionne vraiment et qui me touche intimement. Je crois qu’à notre époque, le jour du mariage est très différent de ce qu’il était traditionnellement et je pense que la maison Stella McCartney représente une alternative un peu plus décontractée. » Baptisée Made with Love, la collection fait la part belle aux robes longues structurées, sans froufrous ni détails bling-bling, et compte également un costume androgyne et une combinaison en dentelle. Soucieuse de l'environnement, comme pour ses collections de prêt-à-porter, Stella McCartney mise sur des matières durables comme la viscose, et a opté pour une fabrication en Italie par des ateliers des Pouilles, des Abruzzes ou des Marches. Sur son site internet, la marque précise que les essayages ne s'effectuent qu'en boutiques et sur rendez-vous, avec des disponibilités dans des magasins au Royaume-Uni, aux États-Unis, en Chine, et au Japon. ||

Boutique

14 novembre 2018

Affaires volée de John Lennon : le suspect Koral Karsan sera jugé

Affaires volée de John Lennon : le suspect Koral Karsan sera jugé

Le parquet de Berlin a annoncé lundi 12 novembre le renvoi devant un tribunal d’un receleur présumé d’effets personnels de John Lennon, dont certains de ses journaux intimes, dérobés à la veuve du fondateur des Beatles. L’homme de 59 ans, identifié dans le communiqué du procureur comme Erhan G., doit être jugé pour recel et fraude à une date qui n’a pas encore été fixée. Il est accusé d’avoir obtenu une avance de 785 150 euros en octobre 2014 d’une société de ventes aux enchères en échange des biens du chanteur qui avaient été volés dans la maison de son épouse, Yoko Ono, à New York. Parmi les effets volés, outre les journaux intimes, se trouvaient, entre autres, des cartes postales, des lettres, une bande sonore d’extraits de concerts et des lunettes de Lennon. Tous ont été remis à sa veuve le 21 septembre dernier, selon le parquet de la capitale allemande. Le suspect de recel a été arrêté il y a un an. À l’époque la police avait indiqué que le voleur présumé, Koral Karsan était le chauffeur personnel de la veuve du chanteur entre 1995 et 2006. D’après le New York Times, l’intéressé affirme que Yoko Onno lui aurait fait cadeau de ces objets. M. Karsan avait été arrêté un temps en 2006 car soupçonné d’avoir voulu extorquer à l’artiste d’origine japonaise deux millions de dollars. ||

Information

12 novembre 2018

Les «Esher Demos» des Beatles : bonus anniversaire du «White Album»

Les «Esher Demos» des Beatles : bonus anniversaire du «White Album»

Sorti le 22 novembre 1968, l'Album Blanc des Beatles fête ses 50 ans. Ce double album majeur des Fab Four fait l'objet depuis le 9 novembre d'une réédition remixée et remasterisée avec un supplément pour les versions Deluxe et Super Deluxe. L'une des pièces maîtresses de ce bonus anniversaire : les Esher Demos, également disponibles en édition vinyle. Le séjour en Inde des Beatles, effectué début 1968 auprès du Maharishi Mahesh Yogi à Rishikesh, s'est avéré particulièrement productif. Coupés de leur biotope (et accessoirement des drogues), John, Paul, George et Ringo ont occupé la majorité de leur temps libre à composer, entre deux séances de méditation. Début mai, peu après leur retour et avant d'entrer aux studios d'Abbey Road de Londres le 30 mai, le groupe se retrouve dans la maison de campagne de George Harrison à Esher (Surrey, Angleterre) afin d'enregistrer de premières versions acoustiques de ces nouvelles chansons. En quelques jours, ensemble ou séparément, ils enregistrent 27 chansons, dont seules 19 finiront sur le White Album, terme généralement employé pour désigner The Beatles, titre officiel de l'opus. Ce sont les fameuses Esher Demos dont les admirateurs du groupe ont entendu parler depuis longtemps, quand ils ne les ont pas entendues sur des supports audio piratés. Les versions des chansons parues sur le Double Blanc sont évidemment sensiblement différentes. Ce qui permet déjà de poser un regard neuf sur une partie de ce disque à la couleur blanche immaculée, très « Art Design ». Il s'agit de versions acoustiques, comme l'étaient les sessions Unplugged qui ont fait les beaux jours de la chaîne musicale MTV dans les années 90. Le son d'origine était bon, George disposant à l'époque d'un Ampex quatre pistes professionnel. Les défauts techniques ont en outre été soigneusement nettoyés dans le mix 2018. Intérêt évident des Esher Demos : elles nous permettent de monter à bord du cheminement créatif des Beatles. À ce moment-là, John Lennon, Paul McCartney, George Harrison et Ringo Starr doivent composer un successeur à la hauteur de Sgt.Pepper Lonely Hearts Club Band, leur dernier album révolutionnaire paru l'année précédente. Pas question de se répéter. Leur idée force de départ est d'en finir avec le psychédélisme, la sophistication des studios et de s'enregistrer jouant tous ensemble comme un vrai groupe de rock. Cela ne va pas vraiment se passer comme prévu. Les dizaines, voire centaines de prises par chanson enregistrées à Abbey Road vont s'avérer exténuantes. Mais avec les Esher Demos, nous n'en sommes pas là, mais en amont et certaines chansons sont encore en chantier. Fraîches. Par exemple « Sexy Sadie » a encore du chemin et des arrangements à trouver avant de devenir la version définitive sur l'album. Ni « Honey Pie » et ni « Yer Blues » n'ont encore leur texte complet. Pas plus que « Glass Onion » sur lequel John chante en partie en « yaourt ». D'autres en revanche sont déjà quasi terminées, en particulier les ballades « Blackbird » et « Julia ».

Les Esher Demos contiennent 27 chansons. Huit ne sont pas sur le White Album. Trois d'entre elles ont déjà été dévoilées sur le coffret Anthology 3 (1996) sous le nom de « Kinfauns Demos » : « Mean Mr Mustard », « Polythene Pam » et « Junk ». Les deux premières seront publiées sur Abbey Road (1969) et la suivante sur le premier album solo éponyme de McCartney (1970). Les autres n'ont jamais vu le jour. « Child of Nature » est une vraie curiosité en ce qu'elle préfigure « Jealous Guy » que John sortira sur son album solo Imagine (1971) avec la même mélodie et d'autres paroles. « Not Guilty » sera revisitée en solo plus tard par George ainsi que « Circles ». Mais pas « Sour Milk Sea » qui n'a jamais été publiée par lui-même, mais offerte à Jackie Lomax pour son album Is This What You Want ? (1969), premier artiste à signer sur le label Apple Records des Beatles. Cette chanson a été enregistrée en compagnie de George Harrison, Paul McCartney, Ringo Starr, Eric Clapton et Nicky Hopkins. Quant à « What's The New Mary Jane » enregistrée ensuite à Abbey Road, elle n'a pas été retenue dans la sélection finale du Double Blanc, mais présente dans Anthology 3. Ce qui frappe le plus à l'écoute des Esher Demos c'est l'ambiance. Fun, joyeuse, pour ne pas dire euphorique. Les blagues fusent, ça sent bon la déconne, la proximité d'esprit, la franche camaraderie. John fait souvent le pitre : il chante avec gourmandise des onomatopées et il raconte à la fin de « Dear Prudence » comment la chanson lui a été inspirée par Prudence Farrow, la sœur de Mia. Le climat témoigne aussi d'une créativité fougueuse artisanale : on retourne sa guitare pour taper en rythme, on claque des mains, on empoigne tout ce qui est à portée pour faire les percussions, on couine, on chante en chœur et on divague au micro pour faire rire les copains. À l'écoute, on ne peut se retenir de sourire. Et de se pincer : un groupe si soudé, si heureux, c'est à n'y pas croire ! Nous aurait-on menti depuis 50 ans ? Cinq décennies à nous décrire l'album The Beatles comme celui du début de la fin. Comme celui de la tension à son comble et de la dislocation. John n'a-t-il pas dit lui-même un peu plus tard que l'on pouvait « entendre la rupture des Beatles sur cet album » ? Alors on se raccroche aux branches : les Esher Demos datant de début mai 68, tout va encore très bien. C'est à l'entrée aux Abbey Road Studios le 30 mai que cela va se corser. Mais est-ce si sûr ? Car l'édition Super Deluxe 2018 du White Album continue de surprendre dans le même sens, avec des démos, choisies sans doute à dessein par Giles Martin (le fils du producteur des Beatles George Martin), où le climat en studio s'avère bon enfant, y compris avec Yoko Ono - écoutez la fin de la démo de « Revolution 1 (Take 18) » par exemple. Finalement, tout n'était peut-être pas aussi noir qu'on le pensait au pays de l'Album Blanc. ||

Boutique

9 novembre 2018

Édition anniversaire du «White Album» des Beatles

Édition anniversaire du «White Album» des Beatles

À l’occasion de son cinquantième anniversaire le 22 novembre prochain, le mythique double album blanc The Beatles, appelé généralement White Album, ressort ce 9 novembre dans de nouvelles éditions remixées et remastérisées. Sont publiés : l'album remixé, une version Deluxe comprenant l’album double avec un disque supplémentaire et, finalement, une version Super Deluxe avec sept disques (comprenant un Blu-ray) et un livre à couverture rigide de 164 pages. L'album original est encore remixé par le producteur Giles Martin (le fils de George Martin) et l'ingénieur du son Sam Okell aux Abbey Road Studios de Londres, les mêmes qui ont remastérisés et modernisés le son de la réédition de Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band l’année précédente. La nouvelle version de cet album est commercialisée en vinyle 180 grammes seulement. Contrairement à la remasterisation de Sgt. Pepper, Martin utilise comme guide la version stéréo et non la version mono. La version Deluxe comporte l'album originel remixé en CD en plus d'un livret de 24 pages. En supplément, on y trouve un troisième disque avec les enregistrements acoustiques effectués à la fin mai 1968 par le groupe dans la maison de campagne Kinfauns de George Harrison, à Esher (Angleterre), au retour de leur séjour chez le Maharashi Mahesh Yogi, à Rishikesh (Inde). L'utilisation d'un enregistreur Ampex quatre-piste a permis de faire des overdubs sur ces maquettes. Les chansons sont placées dans le même ordre que sur l'album originel suivies des huit chansons qui ne seront pas incluses dans celui-ci. Cette collection est aussi disponible dans une version vinyle en quatre disques.

La version Super Deluxe de sept disques comprend encore l'album double originel remixé et le disque des maquettes enregistrées à Esher. De plus, une cinquantaine de versions primitives ou inachevées de chansons du disque ou enregistrées à la même époque sont compilées sur trois autres disques en ordre chronologique du début de leur enregistrement. Des quatre disques de suppléments, quelques-unes de ces chansons seront finalisées pour une sortie en 45 tours (par exemple « Lady Madonna »), sur d’autres albums des Beatles (« Let It Be » sur l’album éponyme) ou en solo (« Junk » sur le premier album de Paul McCartney). La chanson « Sour Milk Sea » de George Harrison sera enregistrée par Jackie Lomax et quelques improvisations sont entendues ici pour la première fois (« Blue Moon »). Finalement, le disque Blu-ray possède des mixages audio son « DTS HD Master Audio 5.1 », « Dolby TrueHD 5.1 » et « LPCM Stéréo » et une version haute résolution audio (24bits/96KHz). De plus une version remixée de l’album en mono est incluse. ||

BoutiqueInformation

8 novembre 2018

La 31e édition du Beatles Day Mons consacre l'année 1968

La 31e édition du Beatles Day Mons consacre l'année 1968

L'événement international unique en Belgique, qui consacre une journée dédiée au légendaire groupe de Liverpool, se déroulera le samedi 17 novembre 2018 au Lotto Mons Expo, avenue Thomas-Edison (Grand Prés) à Mons. La manifestation débutera à 10 h pour s'achever à minuit. L'objectif principal du Beatles Day est de faire découvrir la richesse créative de ce groupe dont les apports ne cessent d'influencer les générations de musiciens, au travers d'activités originales ouvertes à tous. La volonté des organisateurs est d'offrir au public un éventail d'activités musicales et culturelles originales. La 31e édition accueillera des musiciens de talent, des créateurs régionaux, des artistes internationaux et des invités prestigieux. Pendant cette journée, des musiciens passionnés par la musique des Fab Four présentent leurs versions des succès des Beatles.

Le programme mettra à l'honneur l'année 1968 avec notamment les célébrations du 50e anniversaire du film d'animation Yellow Submarine et l'opus immaculé du White Album des Beatles. On retrouvera également la « Révolution Mai 1968 », le « protest songs » et « Mary Hopkin » dans le cadre d'expositions thématiques. Un salon littéraire accueillera des personnalités connues de la presse musicale française comme Philippe Manœuvre ou Jérôme Soligny. L'artiste et ingénieur du son Dan Lacksman ainsi que l'animateur Brice Depasse du côté belge. Des conférences seront présentées dès 15 h, avec Gisèle Clark qui parlera des Abbey Road Studios et à 16 h, Jean-Claude Hocquet abordera le « Double Blanc ». Un marché de collectionneurs spécialisés « Beatles » et une foire aux vinyles seront à disposition pour trouver un objet convoité. Et bien sûr, des concerts en continue de 12 h 30 à 23 h 20, avec huit groupes internationaux et l'artiste britannique Jessica Lee Morgan, fille du producteur Tony Visconti et de la chanteuse galloise Mary Hopkin. La finale réunira tous les artistes et le public sur la chanson « Hey Jude ». À noter la possibilité d'acheter les billets en prévente et sans frais au prix de 22 euros pour adultes et 17 pour étudiants (gratuit pour les moins de 12 ans). Le tarif sera de 25 (adultes) et 20 euros (étudiants) le jour de l'évènement. ||

BilletterieInformation