Swiss Beatles Fan Club

24 décembre 2018

Joyeux Noël à vous tous et bonne année 2019

Joyeux Noël à vous tous et bonne année 2019

En cette fin d’année 2018 qui arrive à grands pas, le temps est venu de vous souhaiter un joyeux Noël et remercier tous les lecteurs et lectrices qui parcourent depuis 2012 le blog du Swiss Beatles Fan Club. À vous tous partout dans le monde : merci et bonne année 2019 ! J’adresse également mes bons vœux aux personnes qui ont contribué à la publication, à toutes ces amitiés partagées. Après six années d’activité et 1535 articles proposés, un autre temps est aujourd’hui entré dans une phase de réflexion sur la poursuite du projet SBFC. L’objectif premier était de présenter une plateforme francophone d’actualité de la familles des Beatles avec un critère de qualité et de visibilité. Divers témoignages ou données statistiques se rejoignent pour dire que ce but est atteint. Tout n’est pas parfait, mais dans les grandes lignes, on peut considérer le résultat final comme positif. La création, puis le développement d’une telle activité culturelle sur la Toile a nécessité des adaptations techniques liées principalement à des erreurs de jeunesse ou l’arrêt brutal de sites d’hébergement vidéo. Des connaissances et aides supplémentaires dans le monde du langage HTML ont été également nécessaires, sans compter la part humaine et sa contribution. Produire une parution en moyenne 5 jours sur 7 pendant plus de six ans, cela demande une grande disponibilité, de l’énergie et une synergie dans la valeur humaine qui l’accompagne. En tant que fondateur, il était dans mes convictions que ces points essentiels soient garantis afin de maintenir un niveau d’exigence répondant au but initial. À l’heure actuelle et dans un soucis d’honnêteté et de transparence, des zones de fragilité sont apparues, sans doute liées par l’usure du temps ou des considérations personnelles. L’avenir en 2019 du Swiss Beatles Fan Club repose désormais sur une grande réflexion à mener quant à la poursuite de l’activité. Cela exige de prendre du recul pour acter sereinement une décision finale. Une précipitation serait contreproductive. Sans doute qu’en cas de continuité, une réorganisation structurelle sera nécessaire pour faire naître un second souffle, permettre la convergence des idées et l’apport de satisfactions personnelles ou collectives. Certains diront qu’il est dommage de mettre fin à ce journal virtuel fait de liberté et d’ouverture dont le tréfonds regorge d'une grande quantité d’informations écrites ou matérielles. La disparition d’un cinéma, d’un théâtre ou un blog dédié à la musique, c’est toujours une part de culture qui se meurt, une trace de l’histoire qui ne se transmettra plus à d’autres générations. Voilà, vous l’aurez compris, tout ceci n’est pas une question de passion, car malgré d’éventuels changements d'organisation ou de vie, l’amour ne meurt jamais dans le cœur et l’esprit. ||

Michel Haas, fondateur du Swiss Beatles Fan Club

21 décembre 2018

Le photographe Norman Parkinson en studio avec les Beatles

Le photographe Norman Parkinson en studio avec les Beatles

Dans la matinée du jeudi 12 septembre 1963, le photographe de mode Norman Parkinson devait photographier un jeune groupe pop de Liverpool. Plus tôt cette année-là, le groupe avait fait irruption sur la scène - libérant le premier des onze albums studio (sur les douze) qui atteindraient la première place dans les hit-parades. Cette formation musicale originaire de Liverpool était les Beatles. L'album Please Please Me était toujours numéro un et il restera au sommet pendant trente semaines. Parkinson, déjà établi comme le photographe le plus célèbre de Grande-Bretagne, avait rendez-vous dans les EMI Studios, ceux-là même qui seront rebaptisés Abbey Road Studios au début de la décennie suivante, en hommage au mythique album éponyme et sa pochette emblématique. Quarante-cinq plus tard, ACC Editions, en collaboration avec The Norman Parkinson Archive et Iconic Images, présente cette rencontre historique entre un nouveau groupe de musique et l’un des plus grands photographes du XXe siècle. Couvrant près de 30 pellicules, ces images des Beatles au President Hotel de Bloomsbury et aux célèbres studios d'Abbey Road offrent un rare aperçu de la création d’un groupe iconique. Publié le 7 décembre dernier aux Éditions Acc Art Books en collaboration avec The Norman Parkinson Archive et Iconic Images, l'ouvrage Norman Parkinson - The Beatles : London, 1963 relate cette rencontre historique entre un nouveau groupe de musique et l’un des plus grands photographes du XXe siècle. Couvrant près de 30 pellicules, ces images des Beatles au President Hotel de Bloomsbury et aux studios d'Abbey Road offrent un rare aperçu de la création d’un groupe iconique. Révélant, perspicace et amusant, cette collection de photos présente les Beatles au début de leur carrière. Leur créativité est évidente sur ces clichés qui sont devenues parmi les plus importantes du vaste catalogue des Beatles.

La carte blanche octroyée à Parkinson pour photographier les Beatles au travail pendant plusieurs heures en studio était sans précédent, et seuls quelques photographes sélectionnés bénéficieront d'un accès aussi extraordinaire pour immortaliser les Fab Four dans l'antre sacrée des studios londoniens. En septembre 1963, les Beatles sont à quelques jours de leur deuxième numéro un avec le single « She Loves You », avec des précommandes de 500 000 exemplaires. La semaine a été plutôt occupée pour les Beatles - le week-end, ils avaient enregistré une apparition pour le Saturday Club de la BBC au Playhouse Theatre (Londres), présenté un spectacle ce soir-là au Fairfield Halls (Croydon), puis à Blackpool le lendemain pour un autre concert. Norman Parkinson et son assistant David Searle étaient arrivés dans les studios d'EMI avec uniquement une pellicule noir et blanc, les magasins étant fermés pour la journée, il n'avait pas été possible d'en acheter en couleur. Alors que les Beatles enregistraient leur deuxième album, With the Beatles, le photographe capture des images de cendriers remplis à ras bord et d'instruments du groupe - John Lennon joue sur la Rickenbacker 325 Capri qu'il avait repeinte en noir cette année-là ; Paul McCartney et sa basse Hofner 500/1 pour gaucher ; et George Harrison en compagnie de sa Gretsch Country Gentleman. La longue journée de travail a commencé par des enregistrements de messages destinés aux fans australiens. La session est programmée en deux séances de 14 h 30 à 18 h 30 et de 19 h à 23 h 30. Quatre chansons sont au programme : « Hold Me Tight », « Don’t Bother Me », « Little Child » et « I Wanna Be Your Man ». À l'origine écrite en faveur de Ringo Starr pour qu'il fasse une apparition en tant que chanteur principal, selon le modèle établi par « Boys » sur Please Please Me, la chanson « Little Child » est finalement chantée par Lennon/McCartney. La séance s’achève vers 23 heures. Le groupe se retire à l’hôtel President de Russell Square (Londres) où les musiciens s'endorment un peu avant de partir pour le nord et se produire au Public Hall (Preston), tandis que Norman Parkinson rentre chez lui à Twickenham. Cette séance marque pour le photographe le début d’une amitié durable avec les Beatles, en particulier avec Paul McCartney. ||

Boutique


20 décembre 2018

Emma Stone dans un clip de Paul McCartney contre le harcèlement

Emma Stone dans un clip de Paul McCartney contre le harcèlement

Le clip de la chanson contre les intimidations et les brimades, « Who Cares », est tiré de l'album Egypt Station paru en septembre dernier, et son auteur Paul McCartney en profite pour inviter Emma Stone à partager la vedette de la vidéo qui l'accompagne. Elle y joue le rôle d'une patiente du docteur Lorenz « Hypnotiseur du comportement et Météorologue » dans une séance assez particulière pour dénouer des problèmes d'anxiété liés à des traumatismes d'enfance. Après une courte introduction, les images mettent en scène les sentiments que l'on peut ressentir lorsque l'on subit des agressions à répétition. « J'espère que s'il y a des enfants qui sont martyrisés à l'école, et il y en a… peut-être qu'en écoutant cette chanson et en regardant ce clip, ils se diront que ce n'est pas si grave… que c'est quelque chose qu'on peut affronter, dont on peut rire et qu'on peut gérer », a déclaré l'ex-Beatle dans un communiqué. Présenté comme une « mini-comédie musicale », le clip filmé en 65 mm a été réalisé sous la houlette de Brantley Guitierrez, photographe de tournée de McCartney, et la chorégraphie est signée Ryan Heffington.

La complicité entre l'actrice américaine et l'icône de la musique britannique ne date pas d'hier, puisqu'il a même dessiné un tatouage identique pour Emma et sa mère, Krista Stone. « Demain, cela fera deux ans qu'on a découvert qu'elle avait un cancer du sein, et elle s'en est sortie pour l'instant, ce qui est incroyable », avait expliqué l'actrice dans le Late Show with David Letterman en 2010. « Sa chanson préférée est " Blackbird " de Paul McCartney, et c'est aussi ma chanson préférée », avait-elle expliqué à l'époque. « J'ai écrit une lettre à Paul McCartney en lui demandant s'il accepterait de dessiner deux petites pattes d'oiseau — étant donné qu'il a écrit la chanson — et hier, il me les a envoyées. » Inspirée de la vidéo musicale, la campagne #WhoCaresIDo a pour objectif d'éveiller les consciences et de fournir des outils à travers un réseau de millions d'experts et de partenaires, dont le but ultime est de donner envie aux gens de traiter les autres avec bienveillance et de les soutenir. « Des millions de gens à travers le monde estiment qu'on leur impose le silence, ils se sentent soumis, et harcelés, et pensent que personne ne s'intéresse à eux », a déclaré Kathy Eldon, la fondatrice de Creative Visions, dans un communiqué. « Notre intention avec cette campagne est d'utiliser le pouvoir de cette chanson pour qu'elle nous donne envie de réagir, d'avoir de l'empathie et de faire savoir aux autres qu'ils comptent. » Sont également associés à cette campagne, Artemis Rising Foundation et Blue Chip Foundation. ||

CampagneInformation


19 décembre 2018

Économie circulaire :  partenariat de Stella McCartney et The RealReal

Économie circulaire : partenariat de Stella McCartney et The RealReal

Stella McCartney redouble d’effort dans ses engagements pour une mode durable en faisant un partenariat avec le portail américain The RealReal dédié aux articles de luxe d’occasion. L'objectif vise à donner une seconde vie aux articles de luxe en les revendant, leur évitant ainsi de finir à la décharge. Les clients achetant des articles Stella McCartney chez des revendeurs d’occasion recevront un bon de 100 dollars à utiliser dans les magasins Stella ou en ligne. « Passer de la réduction de notre impact environnemental négatif à celui d'un impact positif, cela requiert que nous changions tous notre façon de penser et nos méthodes d’exploitation pour créer une mode circulaire tout en réduisant nos déchets », a déclaré Stella McCartney dans un communiqué. « Ce partenariat avec The RealReal est une solution simple et ayant un impact fort pour que nos clients participent à cette économie circulaire. Nous espérons amplifier ce partenariat en 2019. » The RealReal est spécialisé dans la revente d’articles de luxe authentiques et vérifiés, et dispose de dix boutiques aux États-Unis. Mais la collaboration avec la marque axée sur l’économie circulaire n’est pas la seule mesure prise par Stella McCartney pour diminuer l’impact de ses affaires sur l’environnement : plus tôt ce mois-ci, elle a collaboré au lancement de la charte de l’industrie de la mode des Nations unies en Pologne, à l'occasion de la COP24, mettant les entreprises au cœur du thème de la mode durable. Quarante-trois entreprises - y compris Burberry, Hugo Boss et H&M - ont rejoint cette initiative qui devra se préciser début 2019. ||

Information

18 décembre 2018

Le «Get Back» de Paul McCartney réunit Ringo Starr et Ronnie Wood

Le «Get Back» de Paul McCartney réunit Ringo Starr et Ronnie Wood

Paul McCartney, 76 ans, s'est offert un plaisir en invitant sur scène, dimanche 16 décembre, Ringo Starr (78 ans) le batteur des Fab Four et Ronnie Wood (71 ans) le guitariste des Rolling Stones. Les trois stars anglaises se sont réunies pour jouer la chanson « Get Back » des Beatles, à l'O2 Arena de Londres qui affichait complet. Après ses concerts à Glasgow et à Liverpool, il voulait marquer le coup pour la promotion de son nouvel album, Egypt Station, paru en septembre dernier et ainsi fermer la parenthèse de sa tournée Freshen Up qu'il reprendra au printemps prochain. Cette réunion avait quelque chose d'improbable puisque, l'an dernier, lors de la sortie de son nouvel album, Give More Love, Ringo Starr avait déclaré qu'il n'envisageait pas de jouer sur scène avec Paul McCartney. Pourtant, ce dernier figurait sur deux nouvelles chansons de son album, « Show Me the Way » et « We're on the Road Again ». Il faut croire que le batteur des Beatles n'a pas pu résister à l'invitation de son ami, surtout pour une seule chanson. Les deux musiciens n'avaient pas joué ensemble depuis l'hommage historique aux Beatles, le 27 janvier 2014, à Los Angeles. Ce faux impromptu a eu lieu lors des rappels après deux heures trente du show de l'ex-Beatle, entre les chansons « Wonderful Christmastime » et « Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band » (Reprise). Le trio a alors attaqué ce « Get Back » historique. Plus tôt dans la soirée, Starr et Wood avaient déjà été vus dans la foule ainsi que le chanteur et fondateur des Who, Roger Daltrey. ||

01. A Hard Day's Night (The Beatles) • 02. Junior's Farm (Wings) • 03. All My Loving (The Beatles) • 04. Letting Go (Wings) • 05. Who Cares (Paul McCartney) • 06. Got to Get You into My Life (The Beatles) • 07. Come On to Me (Paul McCartney) • 08. Let Me Roll It (Wings) / Foxy Lady (Jimi Hendrix) • 09. I've Got a Feeling (The Beatles) • 10. Let 'Em In (Wings) • 11. My Valentine (Paul McCartney) • 12. Nineteen Hundred and Eighty-Five (Wings) • 13. Maybe I'm Amazed (Paul McCartney) • 14. I've Just Seen a Face (The Beatles) • 15. In Spite of All the Danger (The Quarrymen) • 16. From Me to You (The Beatles) • 17. Dance Tonight (Paul McCartney) • 18. Love Me Do (The Beatles) • 19. Blackbird (The Beatles) • 20. Here Today (Paul McCartney) • 21. Queenie Eye (Paul McCartney) • 22. Lady Madonna (The Beatles) • 23. Eleanor Rigby (The Beatles) • 24. Fuh You (Paul McCartney) • 25. Being for the Benefit of Mr. Kite ! (The Beatles) • 26. Something (The Beatles) • 27. Ob-La-Di, Ob-La-Da (The Beatles) • 28 Band on the Run (Wings) • 29. Back in the U.S.S.R. (The Beatles) • 30. Let It Be (The Beatles) • 31. Live and Let Die (Wings) • 32. Hey Jude (The Beatles) • 33. Birthday (The Beatles) • 34. Wonderful Christmastime (Paul McCartney) • 35. Get Back (The Beatles) • 36. Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band (Reprise) (The Beatles) • 37. Helter Skelter (The Beatles) • 38. Golden Slumbers (The Beatles) • 39. Carry That Weight (The Beatles) • 40. The End (The Beatles)


Information