Swiss Beatles Fan Club

24 octobre 2018

«Imagine» de John Lennon au sommet du carillon d'Abbeville

«Imagine» de John Lennon au sommet du carillon d'Abbeville

À Abbeville (dans la Somme en région Hauts-de-France), tout le monde est d'accord pour dire que la vie est un peu plus douce avec un peu de musique dans les rues. Le carillon du beffroi de l'Hôtel de Ville joue un morceau différent toutes les heures depuis sept ans. Jusqu'au 18 octobre 2018, les Abbevillois avaient la possibilité de sélectionner les futurs morceaux qu'ils aimeraient entendre. Les habitants avaient le choix entre 20 chansons tout en pouvant en plébisciter douze au maximum. Au terme de la consultation populaire, c'est le tube pacifique et universel de la chanson « Imagine » de John Lennon qui a reçu le plus de suffrages avec 365 voix. Il y a eu plus de 600 votants dont 400 sur les réseaux sociaux et le reste dans l'urne déposée à l’Hôtel de Ville. En hommage à Charles Aznavour décédé le 1er octobre dernier, la municipalité a décidé de converser « La bohème » qui appartenait au répertoire précédent. C'est Mathieu Duclercq, arrangeur et pianiste qui va adapter les chansons sur un piano dont les touches correspondent à celle du carillon. Ce dernier a jusqu'au 1er novembre pour réaliser le travail, date à laquelle les premières notes résonneront en centre-ville. Cette initiative culturelle a été relayée par plusieurs médias locaux et nationaux. ||

01. Imagine (John Lennon, 365 voix) • 02. La vie en rose (Édith Piaf, 288 voix) • 03. On dirait (Amir, 237 voix) • 04. Les amants de Saint-Jean (Lucienne Delyle, 232 voix) • 05. Lettre à Élise (Ludwig van Beethoven, 229 voix) • 06. Que je t’aime (Johnny Hallyday, 224 voix) • 07. Retiens la nuit (Johnny Hallyday, 216 voix) • 08. Sur la route de Memphis (Eddy Mitchell, 212 voix) • 09. Y’a d’la joie (Charles Trenet, 208 voix) • 10. Je m’en vais (Vianney, 206 voix) • 11. Lily (Pierre Perret, 193 voix)• 12. Ode à la joie (Ludwig van Beethoven, 181 voix).

23 octobre 2018

Paul McCartney : réédition de «Wild Life» et «Red Rose Speedway»

Paul McCartney : réédition de «Wild Life» et «Red Rose Speedway»

Paul McCartney a annoncé la réédition de ses deux premiers albums avec le groupe Wings, soit Wild Life (1971) et Red Rose Speedway (1973). Ces deux publications paraîtront le 7 décembre prochain. « Le format de luxe de Wild Life comprend aussi un livre de 128 pages écrit par David Fricke racontant l’histoire de l’album – y compris des informations piste par piste et des interviews exclusives de Paul et le staff ayant travaillé sur l’album, mais également un album de 48 pages relatant la tournée, des paroles et de nombreuses setlists (…) » déclare MPL/Capitol/UMe via le communiqué officiel. L’imposante boxe 3CD/2DVD/1Blu-ray de Red Rose Speedway comprend pour sa part le disque remasterisé, couplé de face B inédites et de versions jamais écoutés auparavant. Les DVD de la réédition contiennent des extraits du James Paul McCartney TV Special (initialement diffusé sur ABC), des clips ainsi que le film inédit The Bruce McMouse Show. Alors que les deux rééditions peuvent êtres vendues séparément, l'imposant coffret Wings 1971 - 1973 associe les versions de luxe de Wild Life et Red Rose Speedway, avec en plus un nouvel album live exclusif intitulé Wings Over EuropeJames Paul McCartney TV Special; une collection de 20 chansons enregistrées lors des tournées européennes de l’époque.

Publié par Apple Records (le label des Beatles) le 7 décembre 1971, Wild Life est enregistré aux Abbey Road Studios de Londres. La formation est composée de Paul et Linda McCartney, de Denny Laine (guitare et ex-Moody Blues) et de Denny Seiwell (batterie). Alors que le groupe vient d'être formé, l'album est enregistré en seulement 15 jours. Le but de McCartney est de pouvoir rapidement partir en tournée. Par sa pochette et ses chansons, l'album se révèle assez brut. Plusieurs des pistes se distinguent par leur longueur, parfois plus de 6 minutes : l'album ne comporte originellement que huit chansons. L'accueil par la critique est assez négatif, poussé par l'opposition croissante entre McCartney et un Lennon au sommet de son art avec Imagine. Si les ventes sont satisfaisantes, avec une 11e place britannique et une 10e position dans les charts américaines qui se traduit par un disque d'or, il reste un des plus mauvais résultats d'un ex-Beatle dans les années suivant leur séparation. À noter, la présence d'Alan Parsons comme ingénieur, il avait déjà œuvré comme assistant ingénieur avec les Beatles sur l'album Abbey Road.

Signé Paul McCartney and Wings, Red Rose Speedway publié sur le label d'Apple Records est enregistré aux Olympic Studios (Los Angeles) et Abbey Road Studios (Londres), puis édité le 30 avril 1973 aux États-Unis et le 4 mai au Royaume-Uni. Le guitariste Henry McCullough a rejoint le groupe et Alan Parsons est l'ingénieur du son. Contrairement à Wild Life, celui-ci est orné d'une photographie de son leader Paul McCartney afin de ne pas réitérer l'échec commercial de la première publication des Wings. L'album devait à l'origine être double et contenir des chansons issues des séances d'enregistrement de Ram, mais McCartney a finalement écarté un certain nombre de pistes, n'en gardant que neuf dans la version originale. À sa sortie, Red Rose Speedway est bien accueilli par la critique qui y voit une amélioration par rapport à son prédécesseur. Le public est également au rendez-vous : l'album atteint la première place des charts américaine et la cinquième au Royaume-Uni. Dans les deux pays, il devient disque d'or. ||

Boutique

22 octobre 2018

«Imagine John Yoko» : le livre hommage à l'album «Imagine»

«Imagine John Yoko» : le livre hommage à l'album «Imagine»

Composé et présenté par Yoko Ono, Imagine John Yoko retrace la genèse de l'album Imagine et recrée le contexte de sa création : les lieux, l’équipe artistique, les créations graphiques et les films, racontés par John et Yoko et par tous ceux qui étaient là. Édité en plusieurs langues, l’ouvrage relié de 320 pages révèle 80 % de documents et d’images d’archives inédites ; il présente des paroles de chansons, des installations d’art, des entretiens et témoignages exclusifs de Yoko Ono et des nombreux acteurs-clés de l’album – plus de quarante musiciens, ingénieurs son, employés de maison, célébrités, artistes et photographes, tels que Julian Lennon, Klaus Voormann, Alan White, Jim Keltner, David Bailey, Dick Cavett et Sir Michael Parkinson. « Beaucoup de choses ont été écrites autour de la création de la chanson, de l’album et du film Imagine, principalement par des personnes qui n’étaient pas présentes. Je suis ravie qu’aujourd’hui, pour la première fois, autant de participants aient aimablement donné de leur temps pour écrire la vérité, avec leurs propres mots et images. » a déclaré Yoko Ono, artiste, chanteuse, écrivain et activiste, mariée avec John Lennon le 20 mars 1969, devenant alors sa partenaire de création et sa muse. Depuis la disparition tragique de son mari le 8 décembre 1980, elle perpétue son héritage à travers de nombreux projets comme le mémorial Strawberry Fields à Central Park, la tour Imagine Peace en Islande ou la campagne Imagine There’s No Hunger (Imagine que plus personne n’ait faim).

En 1971, John Lennon et Yoko Ono ont conçu et enregistré l’album Imagine entre le studio dernier cri de leur villa de campagne, à Tittenhurst Park (Berkshire, Angleterre) et le studio Record Plant de New York. Les paroles de la chanson-titre, inspirées du livre de Yoko Ono, Grapefruit (1964), lui ont valu d’être officiellement reconnue comme coauteure en juin 2017. Imagine John Yoko raconte l’histoire de John et Yoko, leur vie, leur travail et leur relation, pendant ces années marquées par une intense créativité. L’ouvrage transporte le lecteur dans ces lieux de vie et de travail et met en lumière de précieuses archives : photos, objets phares de l’album, compilations de séquences cinématographiques narratives, cartes, plans et panoramas d’intérieurs, reconstitués dans leurs moindres détails. Chaque donnée est analysée : les lieux, les acteurs clé, la musique et les paroles, les techniques de production ou encore la création de la pochette de l’album – incluant même une explication du procédé artistique de double exposition utilisé sur les polaroids. Les différents chapitres et chansons sont introduits par John et Yoko eux-mêmes ; l’ensemble est enrichi par une préface et des commentaires de Yoko Ono. Un livre hommage à l’une des collaborations artistiques les plus originales du XXe siècle, éternel écho d’un vibrant message de paix. Cette publication fait partie depuis le 5 octobre dernier d'une déclinaison de supports autour de la création de l'album, dont le coffret audio Imagine : The Ultimate Collection, une édition vinyle et CD, deux films documentaires Imagine et Gimme Some Truth en DVD et Blu-ray dans des versions restaurées. ||

BoutiqueInformation

19 octobre 2018

«Muziq» consacre un hors-série au «Double Blanc» des Beatles

«Muziq» consacre un hors-série au «Double Blanc» des Beatles

À l’occasion des 50 ans du mythique White Album, le magazine français Muziq retrace la folle année 1968 des Beatles dans un hors-série spécial. Aurait-on pu imaginer que, presque un demi-siècle après leur séparation, les quatre garçons dans le vent de Liverpool afficheraient la côte de popularité qui est la leur aujourd’hui ? Les millions d’albums qui continuent à s’écouler d’année en année, portés ou pas par des campagnes de rééditions, traduisent encore l’ampleur du phénomène, sans même parler des centaines de livres et des millions de référencements sur internet qui leur sont consacrés. Après la célébration du cinquantenaire de Sgt. Pepper en 2017, c’est maintenant au tour du Double Blanc, comme on l’appelle dans les pays francophones, de faire peau neuve dans une édition remixée par Giles Martin et enrichie de bonus inédits. Le fils du producteur George Martin a depuis quelques années pris la relève de son père dans la gestion artistique du patrimoine des Beatles. Le nouveau hors-série de Muziq consacre 100 pages aux quatre faces de l'opus immaculé avec un entretien exclusif de Giles Martin sur les coulisses de la réédition 2018 et notamment sur l’élaboration du coffret anniversaire ; le making-of détaillé de l’album ; un titre par titre commenté ; des focus sur la pochette en compagnie de Richard Hamilton ; les singles mythiques des Fab Four parus en 1968 ; la création d’Apple Records et bien d’autres surprises. Une immersion totale dans le « Grand Blanc » disponible en kiosque dès ce 19 octobre. ||

Information

17 octobre 2018

Édition anniversaire pour les 30 ans de «Traveling Wilburys Vol. 1»

Édition anniversaire pour les 30 ans de «Traveling Wilburys Vol. 1»

Le 18 octobre 1988 sortait Traveling Wilburys Vol. 1, premier album du supergroupe du même nom, qui réunissait George Harrison, Tom Petty, Bob Dylan, Jeff Lynne et Roy Orbison. Non crédité dans la formation officielle, mais surnommé le « sixième Wilbury », Jim Keltner était le batteur des sessions d'enregistrement et des clips vidéo. Trente ans et quelques jours plus tard, pour fêter cet anniversaire, ressort le 9 novembre prochain l'opus à succès sous forme de picture-disc (vinyle), disponible en précommande. En 1988, George Harrison demande à Bob Dylan d'utiliser son studio à Malibu pour enregistrer une chanson, Handle with Care, qui doit apparaître en face B de This Is Love, tirée de son album solo Cloud Nine. Il amène Roy Orbison et Jeff Lynne, avec qui il déjeunait ce jour-là. Dylan et Tom Petty, présents eux aussi, se joignent à la séance, qui tourne à la fête. Ainsi voient le jour les Traveling Wilburys. À l'origine, Tom Petty n'était pas censé faire partie du groupe, mais George Harrison ayant oublié sa guitare chez lui, l'invita à se joindre à eux en allant récupérer celle-ci. Handle with Care est détournée de sa destination originelle (pour laquelle les producteurs la jugent d'ailleurs trop précieuse pour une face B) et devient le premier morceau d'un album écrit par les cinq complices (principalement Dylan et Harrison) et enregistré en neuf jours dans le studio de Dave Stewart (Eurythmics) à Los Angeles. Quelques pistes furent doublées et mixées chez George Harrison dans son manoir de Friar Park en Angleterre.

Traveling Wilburys Vol. 1 est publié sur le label Wilbury Records. Chacun des partenaires apparaît sous un pseudonyme, tous étant censés être demi-frères de la famille Wilbury. La vidéo correspondante arrive également sur MTV sans la moindre mention de leurs identités réelles et avec un suspense visuel habilement ménagé, ce qui crée aussitôt des interrogations. S'agirait-il de sosies ? Les voix sont pourtant bien celles des cinq artistes, et le doute est vite levé. L'effacement voulu des égos pour servir la musique elle-même crée un engouement inattendu et cette réalisation pensée au départ comme une simple fête collective deviendra un gros succès commercial vivement salué par la critique. L'album a même été référencé par le magazine Rolling Stone dans le Top 100 des meilleurs albums de tous les temps. Il se classa à la 3e place du Billboard 200 aux États-Unis où il se vendra à plus de deux millions d'exemplaires en six mois et à la 16e place des charts britanniques. Avec plus de 50 semaines dans les hit-parades américains, Traveling Wilburys Vol. 1 a ensuite été certifié triple platine par la Recording Industry Association of America. En 1990, pour la 32e cérémonie des Grammy Awards, le disque sera nommé dans la catégorie « album de l'année » et dans celle de la « meilleure performance rock par un groupe ou un duo avec chant », catégorie dans laquelle l'album remporta le Grammy. Le groupe sera aussi nommé la même année pour les American Music Awards dans la catégorie « Favorite Pop/Rock New Artist ». Malgré la mort de Roy Orbison en décembre 1988, les quatre autres poursuivent leur collaboration et le deuxième album du groupe, Traveling Wilburys Vol. 3, paraît le 29 octobre 1990. L'appellation vient de George Harrison qui aimait l’idée des gens qui cherchent en vain le volume 2. Son succès est cependant moindre que celui du premier album. La dynamique du groupe avait cependant beaucoup changé depuis le décès d'Orbison, un pionnier du rock 'n' roll surnommé « The Big O ». ||

Boutique

Traveling Wilburys, « Handle with Care », premier single sorti le 17 octobre 1988.

16 octobre 2018

«Sgt. Pepper» des Beatles : l'album préféré au Royaume-Uni

«Sgt. Pepper» des Beatles : l'album préféré au Royaume-Uni

Depuis le 1er juillet 1997, l’Official Charts Company répertorie chaque semaine les ventes d’albums au Royaume-Uni grâce à un algorithme basé sur les ventes physiques, les téléchargements et le streaming. Pour marquer le tout premier National Album Day (Journée nationale de l'album) qui a eu lieu le 13 octobre dernier, l'OCC a dévoilé les 40 albums studio les plus vendus de tous les temps au Royaume-Uni. Le classement reflète les ventes de 135 millions d'albums sur plus de 60 ans. Plus d’un demi-siècle après sa sortie en 1967, l'album préféré des Britanniques est Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band des Beatles avec 5,34 millions de ventes. À noter que Sgt. Pepper est le seul disque des Fab Four à figurer dans ce palmarès, et est également le plus ancien, puisqu’il est le seul à avoir été composé dans les années 1960. Il faut dire que pour bon nombre de spécialistes, cet emblématique opus reste encore à ce jour une pierre angulaire de l'histoire de la musique et de la culture populaire de la seconde moitié du XXe siècle. Cette confirmation renforce la position de Sir Paul McCartney en tant qu’artiste ayant le plus grand succès dans l’histoire des charts britanniques, avec 22 albums numéro 1 au cours de son illustre carrière (15 avec les Beatles, 2 avec Wings, 4 en solo et 1 avec Linda McCartney). Les Beatles devancent Adele, une des figures de la pop anglaise, et son disque 21 qui occupe la seconde place avec 5,11 millions de ventes. Et même si la résidente de Brighton arrive derrière les « quatre garçons dans le vent », elle peut se targuer d'avoir deux de ses disques dans le Top 10. Sur la troisième marche du podium, (What's the Story) Morning Glory ? de Oasis et ses 4,94 millions de ventes. Autre album mythique, The Dark Side of the Moon des Pink Floyd qui arrive en 4e position. Michael Jackson tout comme Adele, voit deux de ses classiques Thriller et Bad, respectivement Top 5 et 7 du classement. Les albums Brothers in Arms de Dire Straits, Rumours de Fleetwood Mac et Back to Black d’Amy Winehouse viennent compléter ces 10 premiers disques. ||

Information

01. Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band (The Beatles) • 02. 21 (Adele) • 03. (What's the Story) Morning Glory? (Oasis) • 04. The Dark Side of the Moon (Pink Floyd) • 05. Thriller (Michael Jackson) • 06. Brothers in Arms (Dire Straits) • 07. Bad (Michael Jackson) • 08. Rumours (Fleetwood Mac) • 09. Back to Black (Amy Winehouse) • 10. 25 (Adele) • 11. Stars (Simply Red) • 12. Come on Over (Shania Twain) • 13. X (Ed Sheeran) • 14. Bat Out of Hell (Meat Loaf) • 15. Back to Bedlam (James Blunt) • 16. Urban Hymns (The Verve) • 17. Bridge Over Troubled Water (Simon & Garfunkel) • 18. Spirit (Leona Lewis) • 19. Crazy Love (Michael Bublé) • 20. Divide (Ed Sheeran) • 21. No Angel (Dido) • 22. White Ladder (David Gray) • 23. The Fame (Lady Gaga) • 24. Only by the Night (Kings of Leon) • 25. Talk on Corners (Corrs) • 26. A Rush of Blood to the Head (Coldplay) • 27. Spice (Spice Girls) • 28. Life For Rent (Dido) • 29. The Joshua Tree (U2) • 30. Beautiful World (Take That) • 31. Hopes and Fears (Keane) • 32. The War of the Worlds (Jeff Wayne) • 33. X&Y (Coldplay) • 34. Jagged Little Pil (Alanis Morissette) • 35. Scissor Sisters (Scissor Sisters) • 36. Tubular Bells (Mike Oldfield) • 37. But Seriously (Phil Collins) • 38. Christmas (Michael Bublé) • 39. Tracy Chapman (Tracy Chapman) • 40. Parachutes (Coldplay)