Swiss Beatles Fan Club: Tom Petty au paradis des légendes du rock américain

4 octobre 2017

Tom Petty au paradis des légendes du rock américain

Tom Petty au paradis des légendes du rock américain

Le chanteur et guitariste américain Tom Petty est décédé lundi 2 octobre aux États-Unis. « Nous sommes bouleversés d'annoncer la mort prématurée de notre père, mari, frère, leader et ami Tom Petty », a confirmé sa famille dans un communiqué après une agitation médiatique à rebondissement. Le chanteur des Heartbreakers a été emporté par une crise cardiaque survenue lundi matin dans sa résidence de Malibu, en Californie. Transporté dans un hôpital de Los Angeles, il n'a pas pu être ranimé et « il est mort en paix (...) entouré de sa famille, des membres de son groupe et de ses amis », a précisé le communiqué. Né en Floride le 20 octobre 1950, Thomas Earl Petty se destine au rock 'n' roll dès l’adolescence, mais bouffe de la vache enragée jusqu’en 1977, quand sort l’irrésistible Tom Petty & The Heartbreakers. Le temps de dissiper un malentendu, non il n’est pas un fer de lance de la new wave, mais l’héritier d’une tradition américaine remontant à Presley, aux Everly Brothers, à Buddy Holly, à Dylan, aux Byrds, et le blondin à la voix claire et sèche se profile comme une des figures de proue du folk rock, rivalisant de popularité avec Bruce Springsteen. Visage en lame de couteau et tignasse blonde filasse, regard limpide, il avait une gueule d’ange des rues et la classe d’un cow-boy urbain.

Avec les Heartbreakers, un excellent groupe que dominent des guitares cristallines et les claviers de Benmont Tench, ou en solo, il sort des disques remarquables, comme Damn the Torpedoes, Hard Promises, Wildflowers, Full Moon Fever, qui évoquent en demies-teintes l’Amérique et ses losers. Tom Petty a atteint le sommet de sa carrière dans les années 1980, devenant quasiment aussi célèbre que Bruce Springsteen aux États-Unis. Il partageait notamment avec le « Boss », un timbre de voix un peu rauque très caractéristique. L'artiste disparu était également un conteur d'histoires, capable dans ses chansons de faire vivre le quotidien de l'Amérique profonde, sur un style musical mêlant rock, pop et country. À la fin des années 80, Tom Petty rejoint les Traveling Wilburys, un supergroupe qui réunit de George Harrison, Bob Dylan, Roy Orbison et Jeff Lynne pour revisiter en toute décontraction l’histoire de la musique américaine. En 2002, le temple de la renommé du Rock and Roll Hall of Fame a reconnu Tom Petty et les Heartbreakersen comme « la quintessence des individualistes américains », la voix des Américains ordinaires. Le musicien était encore sur scène la semaine dernière où il concluait une tournée de 53 concerts par trois dates au Hollywood Bowl, chacune à guichets fermés. Dans une interview au magazine Rolling Stone, le chanteur avait annoncé l'année dernière que cela serait probablement sa dernière tournée avec son groupe.

Les hommages du monde de la musique

Bob Dylan a confié à Rolling Stone que Tom Petty « était un grand interprète, rempli de lumière, un ami, et je ne l’oublierai jamais ». Ceux qui ont assisté au concert de Dylan à Bâle (Suisse), en 1987, n’oublieront jamais le sacerdoce de Petty : il jetait un coup d’œil pour voir où Dylan, tout à son bonheur de saborder ses chansons, posait la main gauche, puis montrait ces accords aléatoires à ses Briseurs de Cœur qui s’efforçaient de minimiser le massacre. De nombreux artistes du monde de la musique ont partagé leur tristesse sur les réseaux sociaux, notamment les deux derniers Beatles Paul McCartney et Ringo Starr. Le bassiste Paul envoie « de l'amour à Tom Petty et sa famille dans cette épreuve difficile ». « Que dieu bénisse Tom Petty. Paix et amour à sa famille. Tu vas définitivement me manquer Tom », a écrit le batteur dans une pluie d'émoticones. Le chanteur des Rolling Stones Mick Jagger a aussi exprimé sa peine : « Si triste pour Tom Petty, il a fait de la grande musique. Mes pensées vont à sa famille. »

Le prodige de la six cordes, John Mayer, propulsé par des légendes comme Eric Clapton a raconté une touchante annecdote. « J'ai aimé Tom Petty et j'ai repris ses chansons parce que je voulais savoir ce que cela faisait de voler », écrit-il avec une certaine poésie. Le rappeur et cofondateur de Public Enemy Chuck D a mentionné la chanson The Long and Whining Road où il citait le nom de Tom Petty. L'un des leaders du groupe de hard-rock Kiss, Paul Stanley lance un grand « Non » à cette nouvelle. Il se souvient que le guitariste avait commencé en « première partie » de son groupe dans les années 70 avant de devenir « un brillant compositeur et interprète ». Jon Bon Jovi, le leader du groupe de rock américain a exprimé également sa peine. « Je suis dévasté. Je prie pour tous ceux touchés par les événements de cette nuit à Vegas [ fusillade ]. Et maintenant la perte d'une de mes plus grandes influences... » ||

InformationMémorial


The Traveling Wilburys, « End of the Line » (1988). Absence de Roy Orbison décédé cette année-là.

Tom Petty, « I Won't Back Down », single du premier album solo « Full Moon Fever » (1989).
Clip sorti le 24 avril 1989, avec George Harrison, Ringo Starr, Jeff Lynne et Mike Campbell.