Swiss Beatles Fan Club: «Let It Be» : Paul McCartney inspiré par un rêve

30 janvier 2018

«Let It Be» : Paul McCartney inspiré par un rêve

«Let It Be» : Paul McCartney inspiré par un rêve

Mais qui est donc, cette mère Mary qui apparaît en songe à Paul McCartney, alors assailli de doutes ? Si beaucoup y ont vu une allusion spirituelle à la Vierge Marie, la vérité est bien plus terre-à-terre… Retour sur une chanson emblématique des Beatles et ses petits secrets de fabrication. Si Abbey Road, le dernier album enregistré par les Beatles, est considéré comme leur chant du cygne, Let It Be est pourtant le dernier album à sortir dans les bacs en mai 1970. À l’époque, les bandes avaient été mises de côté après des séances en studio parasitées par les tensions entre les membres du groupe et leurs compagnes. Ce qui devait à l’origine être un album enregistré en live, comme un retour aux sources, se révélera finalement être le catalyseur de rancœurs et aboutira à la séparation du groupe le 10 avril 1970. C’est donc dans une période particulièrement troublée que la chanson Let It Be voit le jour. Enregistrée en janvier 1969, ce sera le dernier single des Beatles, diffusé en mars 1970, quelques semaines avant l’album. Avec son titre qu’on peut traduire par « Ainsi soit-il », la chanson écrite par Paul McCartney sera désignée, en 2004, comme la vingtième des plus grandes chansons de tous les temps, par le magazine Rolling Stone.

En 1969, les Beatles ont déjà quelques années de carrière derrière eux et leurs relations ne sont plus au beau fixe. Il faut dire qu’après d’oppressantes années de Beatlemania, les quatre garçons de Liverpool ont fait le choix de ne plus se produire sur scène dès 1966, pour se concentrer sur la production de leurs albums. Et dans le huis clos des studios, les tensions se font de plus en plus ressentir… Particulièrement sujet aux doutes, Paul McCartney reçoit une nuit la visite de « Mother Mary », rêve qu’il décide de raconter dans une chanson. Ainsi naquit Let It Be. Les premiers mots peuvent se traduire ainsi : « Quand j’ai des soucis / Mère Mary vient me voir / En prononçant des mots pleins de sagesse / Ainsi soit-il ». Lorsqu’on écoute la chanson en entier, en plus des paroles évoquant l’apparition et « Mother Mary », on peut noter des voix féminines qui s’envolent en chœur et les accords joués par un orgue… Il n’en faut guère plus à certains pour imaginer une vision céleste de la Vierge Marie. Cette interprétation, pourtant populaire, s’avère tout à fait erronée. Mother Mary n’évoque pas la Sainte Vierge, mais tout simplement Mary McCartney, la maman de Paul. Décédée d’un cancer en 1956 alors qu’il n’avait que 14 ans, elle lui a toujours cruellement manqué. Qu’elle vienne lui rendre visite au cours d’un rêve pour le soutenir dans une phase de sa vie compliquée lui a apporté un réconfort certain, qu’il s’est empressé de retranscrire en musique.

Dans Many Years From Now de Barry Miles, Paul McCartney raconte à ce propos : « C’était merveilleux pour moi et elle se montrait très rassurante. Dans mon rêve, elle disait : " Tout ira bien. " Je ne suis pas sûr qu’elle disait " let it be ", mais c’était le sens de son conseil ; " ne te fais pas trop de soucis, tout va s’arranger ». Dans le même ouvrage de Barry Miles, McCartney explique également : « Les mots " Mother Mary " rendent la chanson quasiment religieuse, alors pourquoi pas. Je n’ai rien contre. Je suis plutôt heureux de voir des gens l’utiliser pour affirmer leur foi. Ça ne me pose aucun problème. » Dans le livre The Beatles Anthology, McCartney raconte à propos de ses parents : « Maman était catholique, papa protestant. » Il se rappelle également : « Quand on était gosses, on allait au catéchisme. Ça faisait plaisir à ma mère. C’était à peu près tout en matière de religion. Bien sûr, il y avait aussi les trucs habituels, comme chanter un cantique au rassemblement du matin. Ça m’a fait aimer un tas de cantiques. » Si après le décès de sa mère et dans les années qui ont suivi, McCartney s’est plus ou moins tenu à distance de toute religion, évoquant simplement « une sorte de foi personnelle en quelque chose de bien » (dixit une interview pour The Independent), accepter l’association de sa chanson avec l’évocation de la Vierge Marie peut résonner comme un tendre clin d’œil à sa maman et la foi de celle-ci. ||

The Beatles, prise 23 de « Let It Be » (31 janvier 1969).