Swiss Beatles Fan Club: Paul et Nancy McCartney marchent contre les armes à feu

26 mars 2018

Paul et Nancy McCartney marchent contre les armes à feu

Paul et Nancy McCartney marchent contre les armes à feu

Les manifestants, souvent très jeunes, qui se sont rassemblés le samedi 24 mars aux États-Unis contre les armes à feu ont été rejoints par une silhouette britannique bien connue. Sir Paul McCartney en personne a rallié les rangs des protestataires de New York en souvenir d’un proche tué par une arme à feu : John Lennon, ancien membre des Beatles comme lui. « L’un de mes meilleurs amis a été tué par une arme à feu non loin d’ici, c’est pourquoi être ici est très important pour moi », a expliqué McCartney au micro de CNN. La marche de New York, qui fait écho à celle de Washington, se déroulait à l’ouest de Central Park. C’est là que le 8 décembre 1980, au coin de la 72e rue et de Central Park West, qu’un fan a tiré avec son revolver (un Charter Undercover calibre 38 Special) cinq balles dont quatre ont touché John Lennon provoquant un quart d'heure plus tard son décès. « Je ne saurais dire à quel point ça fait mal », disait alors McCartney. « Sa mort est terriblement cruelle. J’adorais ce mec. » C’est donc à quelques mètres du jardin en mémoire de Lennon à Central Park, le mémorial Strawberry Fields, que l'ancien Beatle et son épouse Nancy Shevell ont marché en arborant un tee-shirt « Nous pouvons mettre fin aux violences par les armes ». Selon le maire Bill de Blasio, 175.000 personnes étaient rassemblées à New York.

De nombreuses célébrités ont rejoint les manifestations des jeunes et des étudiants. À Los Angeles où 50.000 manifestants se sont rassemblées, on a pu apercevoir Olivia Wilde, le jeune chanteur Charlie Puth ou encore la comédienne Amy Schumer. Tandis qu’à Washington, Miley Cyrus, le rappeur Common, Demi Lovato, le compositeur Lin-Manuel Miranda, Ariana Grande et Jennifer Hudson se sont produits sur scène. Les rescapés du lycée secondaire Marjory Stoneman Douglas, Emma Gonzalez et David Hogg, érigés en porte-paroles du mouvement, se sont exprimés dans la capitale américaine face à la foule estimée à plusieurs centaines de milliers de personnes. Emma s’est distinguée par son silence pendant 6 minutes et 20 secondes, le temps qu’il a fallu à l’auteur de la fusillade pour tuer 17 personnes à Parkland (Floride), le 14 février dernier. Un silence remarquable salué par des manifestants qui ont conclu un rassemblement de plus de 3 heures en scandant : « Plus jamais ça ! » Depuis le massacre de 28 personnes, le 14 décembre 2012, à l'école primaire Sandy Hook de Newtown (Connecticut), 7.000 enfants sont morts de la violence armée et plus de 30.000 décès sont causés annuellement par les armes aux États-Unis. En tout, plus d’un million de personnes ont manifesté faisant de March for Our Lives (Marchons pour nos vies) un événement historique dans le pays. Des rassemblements ont eu lieu dans plus de 800 endroits à travers le monde comme en Australie, Nouvelle-Zélande, Royaume-Uni, Japon, Inde, Chili, Israël, Allemagne, France et Belgique. ||

Information